Santé

Burkina : Les communautés au sein de la lutte contre le VIH-SIDA

Programme des Nations Unies pour le développement

Témoignages.re / 12 mai 2010

Le 6 mai dernier, le dernier jour de sa visite officielle au Burkina Faso, l’Administrateur du PNUD Helen Clark a visité l’une des 176 associations appuyées par le PNUD dans la lutte contre le VIH / SIDA. A cette occasion, elle a pu parler avec des femmes, contraintes par la misère à être des travailleuses du sexe, de leurs préoccupations pour l’avenir.

« Avec le VIH / sida, on ne peut jamais être complaisant", a déclaré Helen Clark. « Le Burkina Faso a une population très nombreuse de jeunes ayant besoin d’entendre les messages sur la façon de se prémunir contre le VIH / SIDA. L’objectif pour l’avenir doit être d’éviter de nouvelles infections, la transmission mère-enfant, et le soutien à ceux qui vivent avec le VIH / SIDA. »

A Ouagadougou, les jeunes volontaires de l’organisation ATUJB (Association Trait d’Union des Jeunes Burkinabès) appuient les activités de dépistage volontaire, apporte un soutien psychosocial ainsi que des conseils pour aider les personnes vivant avec le VIH / SIDA à générer des revenus supplémentaires.

L’un de leurs principaux groupes cibles sont les travailleurs du sexe, dont Jennifer fait partie. Nigériane, elle n’avait que 16 ans lorsque la pauvreté l’a forcée à émigrer, laissant une famille et de nombreuses jeunes sœurs derrière elle. Jennifer pensait qu’elle se dirigeait vers un avenir meilleur en tant que femme de ménage en Europe, mais a fini à Ouagadougou où elle a été travailleuse du sexe pendant ces neuf dernières années, explique le PNUD.

« Ce n’est pas quelque chose de désirable pour gagner sa vie. Nous voulons toutes quitter ce métier », dit-elle.

Jennifer travaille aujourd’hui en tant qu’éducateur. Elle parle à d’autres jeunes femmes sur la façon d’éviter les infections et l’importance d’utiliser des préservatifs. Grâce à un microcrédit accordé par l’association, elle a mis en place un salon de coiffure.

« Nous avons parlé avec elles de la possibilité de fournir de microcrédit pour leur permettre de démarrer leur propre petite entreprise », a déclaré Helen Clark.

Le taux de prévalence du VIH / SIDA au Burkina Faso est passé de 7 pour cent en 2002 à 1,6% en 2008. Il s’agit de l’un des taux les plus bas en Afrique de l’Ouest. Malgré ces progrès, le pays est toujours confronté à une épidémie touchant surtout les femmes entre 15 et 24 ans.

Le PNUD appuie les organisations de la société civile comme ATUJB dans le cadre du programme national d’assistance aux collectivités et associations lancé par le PNUD en 2003, suite à la demande du Conseil national du SIDA. Ce programme offre une formation aux membres de la société civile, et en appuyant 182 associations, il a permis de mener des activités de prévention auprès de 3 millions de personnes au cours des cinq dernières années. 80 pour cent de tous les tests de VIH sont aujourd’hui menés par l’organisation de la société civile et près de 36.000 personnes vivant avec le VIH peuvent obtenir de l’aide régulière sous forme de visites à domicile, de repas en commun, et d’un soutien pour mettre en place leurs propres petites entreprises.


Kanalreunion.com