Santé

Chikungunya dans la Caraïbe : les touristes appelés à la prudence

Tourisme

Témoignages.re / 17 avril 2014

Chikungunya : plus de 13.000 cas en Martinique, plus de 3.000 en Guadeloupe, près de 3.000à Saint-Martin… ces chiffres de l’INVS ne concernent pas les autres îles de la Caraïbe. Malgré tout, le ministère des Affaires étrangères a publié plusieurs conseils aux voyageurs leur demandant d’être prudent quant à l’épidémie du chikungunya.

Le ministère des Affaires étrangères a publié un conseil aux voyageurs souhaitant se rendre aux Antilles. Il demande d’être prudent à cause de l’épidémie de Chikungunya. Cet avis concerne les pays suivants : Grenade, Sainte-Lucie, Saint-Vincent, Saint-Christophe et Nevis, Dominique, Antigua-et-Barbuda, la République Dominicaine dont voici le contenu :

Chikungunya. Cette maladie virale transmise par les moustiques se manifeste le plus souvent par un syndrome grippal (fièvre, douleurs musculaires, parfois éruption cutanée), avec en plus des douleurs articulaires qui peuvent être sévères. Les symptômes disparaissent en une à trois semaines avec une possible prolongation des douleurs articulaires.
Elle a fait son apparition depuis quelques semaines dans la zone Antilles.
Les formes sévères sont extrêmement rares.
Les mêmes précautions doivent être prises que pour la dengue, la meilleure prévention étant de se protéger des moustiques.
Il est conseillé de consulter un médecin si les symptômes décrits ci-dessus apparaissent et persistent.

Par ailleurs, l’Institut national de veille sanitaire publié un point hebdomadaire sur l’évolution de l’épidémie de chikungunya. Voicl les principaux chiffres du point du 10 avril toujours en vigueur :

Martinique
Depuis décembre 2013, le nombre de cas cliniquement évocateurs vus par les médecins généralistes est estimé à 13 500. Le nombre de nouveaux cas est estimé pour la semaine 2014-13 à 2117, en très légère augmentation par rapport à la semaine précédente.

Guadeloupe
Le nombre hebdomadaire de cas cliniquement évocateurs diagnostiqués par les médecins généralistes augmente rapidement depuis 3 semaines (mi-mars). L’augmentation est de 47% entre la semaine 2014-13 et la semaine 2014-14 avec 840 nouveaux cas estimés en semaine 14.

Saint-Martin
Depuis fin novembre 2013, le nombre de cas cliniquement évocateurs vus en ville est estimé à 2913 au 6 avril 2014. La tendance est stable avec 73 nouveaux cas en semaine 14, après une moyenne de 113 cas hebdomadaires en mars (semaines 10 à 13).

Saint-Barthélemy
Depuis le 23 décembre 2013, une surveillance hebdomadaire des cas cliniquement évocateurs a permis de recenser 444 cas cliniquement évocateurs jusqu’au 6 avril 2014 (Figure 2). Le nombre de cas vus en ville en semaine S2014-14 est de 12. La tendance semble stable pour la quatrième semaine consécutive.

Guyane
Au 9 avril, 36 cas confirmés (dont 23 autochtones) et 6 cas probables (dont 4 autochtones) sont recensés en Guyane. Après celui de Kourou, un deuxième foyer de transmission a été identifié et se situe sur la commune de Matoury.
Plus de la moitié des cas confirmés ou probables ont été répertoriés sur la commune de Kourou (55%). Des cas autochtones ont également été identifiés sur l’Ile de Cayenne et la commune de Macouria.


Kanalreunion.com