Santé

Chikungunya : des risques mitigés

Étude sur les douleurs articulaires persistantes

Témoignages.re / 6 novembre 2009

Les résultats d’une étude concernant les manifestations articulaires persistantes, conduite par l’Union régionale des médecins libéraux de La Réunion (URML), la Direction des affaires sanitaires et sociales de La Réunion (DRASS) ainsi que la Cellule de l’institut de veille sanitaire en région (Cire), ont permis d’établir que seuls les patients déjà fragilisés avant de contracter le virus du chikungunya risquent véritablement de subir des douleurs articulaires persistantes liées à cette maladie. Parmi les principaux facteurs de risques, on retrouve l’âge, l’excès de poids, le diabète et le mal de dos.

Parmi les patients touchés par l’épidémie, 61,8% se sont révélés atteints de ces douleurs articulaires persistantes. Pour autant, tous ces cas ne sont pas directement liés au chikungunya. Seules les personnes fragilisées par leur âge (plus de 48 ans en moyenne), leur poids (dont l’IMC est supérieur à 25) ainsi que des antécédents de diabète et de dorsalgies sont susceptibles de souffrir de ces douleurs articulaires persistantes des suites du chikungunya.

En 2005-2006, 38% de la population réunionnaise, soit 300.000 personnes, ont été atteintes par l’épidémie de grande ampleur qui a touché tout l’océan Indien. Si les symptômes de cette maladie, dans sa phase aiguë, ont fait l’objet de nombreuses études, la possibilité d’une persistance à long terme de manifestations articulaires avait, jusqu’à présent, été peu documentée.

Cette étude transversale a été conduite entre le 14 avril et le 15 mai 2009 auprès de la population réunionnaise de plus de 18 ans consultant un médecin généraliste. Un interrogatoire suivi d’un examen clinique portant sur les manifestations articulaires persistantes ont été complétés par la recherche d’anticorps du chikungunya (IgG).


Kanalreunion.com