Santé

Chikungunya : utilisons dès maintenant le Bti

Retour d’un virus à l’origine d’une catastrophe en 2006

Manuel Marchal / 21 août 2009

Pour que La Réunion ne soit pas le premier pays du monde sans abeille, et pour faire de chaque Réunionnais un acteur responsable de la lutte contre le chikungunya, l’urgence est d’utiliser dès maintenant le Bti pour lutter contre la prolifération des moustiques responsables du chikungunya.

Dans un communiqué diffusé hier à la presse, la préfecture annonce le retour du chikungunya à La Réunion. Il est urgent d’éviter de répéter les mêmes erreurs qui avaient ajouté à la catastrophe sanitaire une dimension environnementale.
En effet, tous les Réunionnais se souviennent que notre pays a été bombardé d’insecticides chimiques qui ont créés une hécatombe.
Dans son communiqué, la préfecture indique que des épandages d’adulticides ont eu lieu dans le quartier de Saint-Gilles où résident les trois personnes ayant des symptômes de chikungunya. Gageons que le recours aux insecticides chimiques destructeurs pour la nature ne soit pas au programme. Ce serait en effet le coup de grâce pour les abeilles, dont la population a diminué lors des épandages de Téméfos et autres en 2006, et qui voit aujourd’hui son existence menacée par la mouche bleue. Il est donc urgent d’éviter la catastrophe sanitaire. La Réunion ne doit pas être un pays sans abeille.
Une alternative à ces traitements chimiques existe, c’est le Bti. Ce produit a l’avantage d’être sans danger pour l’environnement, et pour l’être humain. Tout le monde peut donc l’utiliser. Chaque Réunionnais peut ainsi être l’acteur de la lutte contre le chikungunya.
Huguette Bello et Gélita Hoarau avaient interpellé le gouvernement pour qu’il mette fin aux épandages chimique et ordonne l’utilisation du Bti à La Réunion.
Partout dans le monde, des exemples de luttes gagnées grâce au Bti et à l’implication de la population témoignent que la réussite est au rendez-vous quand est fait le choix de la responsabilité. Comment alors pourrait-on envisager de refaire les mêmes erreurs qu’il y a trois ans ?
L’urgence, c’est la diffusion du Bti dans la population dès maintenant.

Manuel Marchal


Le retour du chikungunya

Voici un extrait du communiqué de la préfecture signalant le retour du chikungunya à La Réunion.

« Trois personnes présentant des symptômes compatibles avec une infection par le virus du chikungunya ont été signalées à la DRASS de la Réunion. Ces personnes résident dans le même quartier à Saint-Gilles les bains.
Le premier cas de chikungunya semble avéré après une recherche de virus dans le sang pratiquée dans un laboratoire de la Réunion, qui s’est révélée positive. Néanmoins de nouvelles analyses ont été effectuées. Les résultats seront connus d’ici 10 jours. Les deux autres cas signalés présentent une sérologie positive1. Seuls les résultats des analyses complémentaires, effectuées par le
Centre National de Références des Arboviroses (en métropole), confirmeront ou non d’ici quelques jours ces cas et préciseront s’il s’agit d’une infection récente ou ancienne. »


Kanalreunion.com