Santé

Chikungunya : des médecins de France, mais pas de Cuba ?

Des renforts possibles venus de l’autre bout du monde

Manuel Marchal / 21 mai 2014

Face au risque d’une déstabilisation du système de santé à cause d’un manque de médecins généralistes, les autorités sanitaires de Martinique ont élaboré une stratégie prévoyant la venue de renforts médicaux venus de la lointaine France. Manifestement, la collaboration avec Cuba tout proche n’est pas prévue alors que Cuba est mondialement réputée pour la qualité de ses médecins. D’où vient le blocage ?

JPEG - 48.7 ko
Si la barre des 4000 cas de chikungunya par semaine était franchie, alors le système sanitaire serait complètement débordé.

L’ARS Martinique constate que l’épidémie de chikungunya amène à anticiper sur plusieurs facteurs soulevant le problème de la fragilité du système de santé. Le pays manque de médecins, estime l’Agence régionale de Santé Martinique. La médecine ambulatoire « risque d’être mise en difficulté pour prendre en charge un afflux massif de consultations sur une période pouvant durer plusieurs semaines, si l’épidémie de chikungunya venait à s’intensifier et atteindre des niveaux épidémiques comparables à ceux observés en 2006 sur l’Ile de La Réunion (pic épidémique atteignant 5% de la population en 1 semaine) ».

Le niveau actuel de transmission est supérieur à 2.000 cas par semaine.

Cela impose la mise en œuvre d’une stratégie pour faire face. L’ARS constate que l’« on peut estimer qu’à partir de 4 000 à 5 000 nouveaux cas de chikungunya par semaine, les cabinets libéraux pourraient être débordés, sans compter l’absentéisme des médecins eux-mêmes malades ou partant en congés. Cette situation pourrait déstabiliser le système de santé en ne permettant plus la prise en charge optimale des malades en ambulatoire et en provoquant un transfert des consultations médicales ambulatoires vers les services d’urgences qui ne pourraient plus, dès lors, prendre en charge dans des conditions satisfaisantes les véritables situations d’urgences ».

Selon l’ARS, la solution envisagée est de faire venir des médecins de France. Cela représente un trajet de plusieurs milliers de kilomètres, « leurs frais de transports, d’hébergement et leurs rémunérations sont assurés par l’EPRUS (Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires) ».

Cette option peut étonner. La Martinique fait partie de la Caraïbe. Dans cette région, un pays est renommé dans le monde entier pour ses médecins, c’est Cuba. Cuba est bien plus proche de la Martinique que de la France, sans compter que ce pays a une connaissance du milieu tropical naturellement plus développée que dans un pays européen de la zone tempérée. Nul doute également que cette coopération ne manquera pas de faire progresser les deux partenaires. Car au même titre que La Réunion, la Martinique ou la Guadeloupe, Cuba pourrait elle aussi être touchée par une épidémie de chikungunya, ce qui lui permettrait de renforcer la protection de sa population face à une telle éventualité.


Kanalreunion.com