Santé

Diabète et obésité menacent les progrès dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires

Rapport de l’OCDE

Témoignages.re / 16 juin 2015

Les décès par accident vasculaire cérébral (AVC) ou crise cardiaque sont moins nombreux qu’avant, mais les niveaux croissants d’obésité et de diabète, en particulier chez les jeunes, vont faire augmenter les taux de mortalité, selon un nouveau rapport de l’OCDE.

Intitulé Cardiovascular Disease and Diabetes : Policies for Better Health and Quality of Care (Maladies cardiovasculaires et diabète : des politiques pour une meilleure santé et qualité des soins), ce rapport explique que les progrès réalisés dans la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires ont permis de faire reculer de 60 % les taux de mortalité ces cinquante dernières années dans les pays de l’OCDE.

Cependant, les maladies cardiovasculaires (MCV) n’en demeurent pas moins la principale cause de décès dans ces pays, où l’obésité et le diabète progressent et, avec eux, le nombre de personnes susceptibles de développer une maladie cardiovasculaire : les pays de l’OCDE comptent à peu près 85 millions de diabétiques, soit environ 7 % des 20-79 ans.

Ce chiffre devrait grimper de 27 % pour atteindre 108 millions d’ici à 2030, ce qui représente 23 millions de patients supplémentaires présentant des besoins plus importants en matière de soins et des risques de complications plus élevés. Les taux d’obésité sont eux aussi en hausse et ce problème touche une personne sur cinq dans les pays de l’OCDE.

La probabilité de mourir d’un AVC ou d’une crise cardiaque varie considérablement entre les pays : elle est de moins de 200 pour 100 000 habitants par an au Japon, en France, en Corée et en Israël, et de plus de 500 dans des pays d’Europe centrale et orientale comme la République slovaque, la Hongrie, l’Estonie et la République tchèque.

Le rapport souligne que de nombreux pays sont encore loin d’avoir engagé les réformes du système de santé nécessaires pour obtenir le niveau de qualité de soins indispensable pour améliorer les résultats en matière de MCV.

Le rapport présente notamment les recommandations suivantes à l’intention des pays :

· Redoubler d’efforts pour promouvoir l’adoption de modes de vie plus sains en vue de réduire la mortalité associée aux MCV. Les campagnes anti-tabac ont prouvé leur efficacité, de même que les initiatives ciblant la consommation de sel et l’obésité.

· S’assurer que les soins primaires sont financièrement accessibles à tous et qu’il n’y a plus de différence entre les soins recommandés et les soins réellement dispensés.

· Accroître la responsabilité et la transparence des résultats au niveau des soins primaires.

· Créer un cadre national visant à améliorer la qualité des soins intensifs, et établir des normes nationales sur la mesure et l’amélioration continue des services d’urgence et des services hospitaliers, afin d’en améliorer la qualité et d’atténuer les écarts entre les régions d’un même pays.

· Veiller à ce que les réformes portent sur chacune des composantes du système de santé, depuis les politiques et la prévention jusqu’aux soins primaires, en passant par les services d’urgence, les soins intensifs et les services de rééducation, car face à la complexité du traitement des MCV et du diabète, la chaîne des soins n’a que la force de son maillon le plus faible.

Des notes pays sont disponibles pour les suivants : Allemagne, Australie, Corée, Danemark, Espagne (en espagnol et en anglais), États-Unis, France (en français et en anglais), Israël, Japon (en japonais et en anglais), Mexique (en espagnol et en anglais), Norvège (en norvégien et en anglais), Pologne (en polonais et en anglais) et Royaume-Uni.

Le rapport complet (en anglais) est consultable à l’adresse : http://www.oecd.org/health/cardiovascular-disease-and-diabetes-policies-for-better-health-and-quality-of-care-9789264233010-en.htm


Kanalreunion.com