Santé

Inquiétante baisse des financements dans la lutte contre le SIDA

Le financement est en déclin pour une majorité de gouvernements donateurs évalués, y compris les États-Unis

Témoignages.re / 20 juillet 2016

En 2015, l’étude Kaiser/ONUSIDA constate une baisse du financement de la part des gouvernements donateurs pour la première fois en 5 ans.

JPEG - 48.2 ko

Le financement des gouvernements donateurs destiné à soutenir les efforts déployés dans les pays à revenus faibles et moyens chute pour la première fois en cinq ans, passant ainsi de 8,6 milliards de dollars en 2014 à 7,5 milliards de dollars en 2015, selon un nouveau rapport de la Kaiser Family Foundation et du programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) publié en avance à l’occasion de la Conférence internationale sur le SIDA 2016.

Les financements destinés à la lutte contre le VIH ont diminué pour 13 des 14 gouvernements donateurs évalués dans l’analyse. Ceci résulte en partie de l’appréciation du dollars américain donnant lieu à une dépréciation de la plupart des devises des autres donateurs. Pourtant, même en tenant compte de cet aspect financier, un déclin a été observé dans le financement de la majorité des gouvernements évalués.

Le financement global du gouvernement américain a chuté de 5,6 milliards dollars pour atteindre 5 milliards de dollars, mais ceci était en grande partie dû à une question de calendrier. En effet, les États-Unis ont affecté le financement bilatéral sur 2016, tout en développant les programmes existants et en en mettant en œuvre de nouveaux. D’une manière générale, si l’on ne tient pas compte des 411 millions de dollars de baisse dans le financement bilatéral américain, dont la plupart doit être affecté sur 2016, le financement global a décliné de 8 pour cent.

« 2015 a marqué une baisse dans le financement des donateurs à destination du VIH » selon Jen Kates, Vice-présidente de la Kaiser Family Foundation et Directrice de la Politique en matière de santé et de VIH. « Les donateurs ont affronté de nombreuses demandes de financement concurrentielles, comprenant des urgences humanitaires et la crise des réfugiés, tout cela dans un contexte d’austérité fiscale dans un certain nombre de pays. En regardant vers l’avenir, on voit que le financement des donateurs à destination du VIH demeure incertain étant donné que les leaders donateurs doivent faire face à des changements de leadership politique et que le monde digère toujours les effets du Brexit. »


Kanalreunion.com