Santé

Installation du service d’addictologie du CHU Sud Réunion à Saint-Louis

Inauguration ce matin par le nouveau directeur du Centre hospitalier universitaire

Témoignages.re / 1er juin 2016

Le service d’addictologie du CHU Sud Réunion s’installe dans des locaux rénovés à l’hôpital de Saint-Louis. Lionel Calenge, Directeur Général du CHU de La Réunion a inauguré ce matin ce nouvel équipement.

JPEG - 87.9 ko
Inauguration en présence de M Vlody, député et M Lionel Calenge, Directeur du CHU

Le service d’addictologie du CHU Sud Réunion est composé de deux unités : l’Unité d’hospitalisation et Unité de consultations externes située à Saint-Louis et l’Unité d’Addictologie de Liaison (ELSA) située sur le site de Saint-Pierre.

Les travaux de rénovation du rez-de-chaussée de l’hôpital de Saint-Louis débutés en septembre 2015 se sont achevés en avril 2016. Le CHU Sud dispose désormais de plusieurs chambres supplémentaires et deux salles d’activités qui permettent la réalisation simultanée d’activités thérapeutiques différentes pour deux groupes de patients. Les patients bénéficieront également d’un espace de détente intérieur.

L’unité d’hospitalisation fonctionnait jusqu’à présent en mutualisation de nuit avec le Service de Médecine. Elle comportait 8 lits d’hospitalisation de semaine.

De nouvelles capacités d’accueil

L’offre de soins addictologiques en hospitalisation dans le Sud était notoirement insuffisante au regard des besoins de la population.

Les travaux de rénovation du rez-de-chaussée de l’hôpital de Saint-Louis débutés en septembre 2015 et achevés en avril 2016 permettent au service de disposer de 5 chambres doubles et de 5 chambres individuelles. Deux salles d’activités permettent la réalisation simultanée d’activités thérapeutiques différentes pour deux groupes de patients. Les patients disposent d’un espace de détente intérieur (salle télé) et extérieur (dont un espace abrité qui permet de prendre les repas en commun).

13 lits sont dédiés aux hospitalisations programmées pour sevrage simple (une semaine) ou sevrage complexe (deux à trois semaines). Le sevrage complexe suppose un programme de soin collectif et individualisé réalisé par une équipe pluridisciplinaire comprenant médecins, psychologue, infirmiers, aides-soignants, assistant du service social. L’équipe déjà en place a été renforcée pour tenir compte de cette activité 24h sur 24 et a été complétée par un poste de psychomotricité qui permet, dans le cadre du projet de service, d’aborder la dimension psycho-corporelle de la problématique de ces patients addicts. Elle a également été complétée par un poste de cadre de santé à temps plein indispensable à la coordination paramédicale de l’équipe et au lien fonctionnel entre les médecins et les paramédicaux.

2 lits sont dédiés à l’accueil de patients en syndrome de sevrage alcoolique compliqué ou susceptible de se compliquer. Ces patients sont adressés directement par le service des urgences.

Cette nouvelle configuration permet une diminution de l’attente pour une hospitalisation programmée, une meilleure prise en charge de certains syndromes de sevrage alcoolique, de certaines addictions médicamenteuses et de certaines situations nécessitant une rupture supérieure à 5 jours pour des raisons addictologiques, psychologiques ou sociales.

La prise en charge

L’hospitalisation programmée a lieu suite à une consultation externe, après une orientation par l’équipe de liaison ou après une orientation par notre partenaire médico-social (le Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie ou CSAPA). Dans le cas d’une orientation par l’équipe de liaison, il peut s’agir d’une mutation ou d’une admission directe quelques jours après la sortie du patient de son service d’origine.

Afin de pouvoir répondre au plus vite aux partenaires et notamment aux médecins traitants, des consultations sont dédiées aux demandes de cures. Par ailleurs, le médecin d’astreinte est disponible à tout moment pour donner des avis.

Les séjours durent une à trois semaines. La première semaine est consacrée à l’accueil du patient, au traitement du syndrome de sevrage éventuel et au bilan médico-psycho-social. A la suite de cette première semaine, une réunion d’équipe pluridisciplinaire propose au patient une suite de soins individualisée en tenant compte de sa demande. Il peut notamment s’agir d’une sortie avec un suivi ambulatoire addictologique. Il peut également s’agir de la poursuite de l’hospitalisation.

Durant les deuxième et troisième semaines, les patients participent à des ateliers. Les ateliers psychothérapeutiques font appels à l’expression orale ou écrite (parcours de vie, écriture, photolangage, information). Ces ateliers sont réalisés en binôme psychologue-infirmier ou médecin-infirmier. Les ateliers de psychomotricité proposent un travail autour de l’expression psychocorporelle et émotionnelle. Ces deux approches sont très complémentaires.

Des activités de relaxation sont également proposées en groupe ou en séance individuelle. Elles reposent sur la méthode du training autogène de Schultz et sur la relaxation musicale de type music care. Ces séances visent à diminuer l’anxiété induite par l’arrêt du ou des produits, à favoriser le sommeil et à diminuer la prescription de médicaments psychotropes.

L’implication personnelle des psychiatres du centre médico-psychologique de Saint- Louis permet de proposer des consultations de psychiatrie au lit du patient si cela s’avère nécessaire.

A la fin du séjour, un suivi ambulatoire est proposé au patient en consultation externe hospitalière, au Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA), en Centre Médico Psychologique (CMP), ou par son médecin traitant selon la demande du patient, l’adresseur et selon les éléments médico- psychologiques qui ont pu être mis en évidence durant le séjour.


Kanalreunion.com