Santé

Interrogations et inquiétudes à La Réunion

Prothèses mammaires PIP - Une dizaine d’appels recensée par l’ARS

Témoignages.re / 4 janvier 2012

Le scandale des prothèses mammaires PIP (Poly Implant Prothèse) ne semble pas avoir épargné La Réunion. Alors que depuis ce lundi 2 janvier 2012 un numéro vert local a été mis en place par l’Agence régionale de santé de l’océan Indien (ARS), une dizaine d’appels a été recensée à ce jour. Si cela confirme que des femmes peuvent bel et bien être concernées dans l’île, Marie Baville, adjointe du directeur de la veille et sécurité sanitaire de l’ARS, indique que ce sont essentiellement des personnes qui ont besoin de renseignements sur les établissements de santé susceptibles de retirer ces prothèses et sur les modalités de remboursement de cette intervention chirurgicale. Le numéro vert de l’ARS (02 62 97 97 88) reçoit les appels du lundi au vendredi de 9h à 17h.

Depuis quelques semaines, la société française PIP est au cœur d’un scandale planétaire. Numéro 3 mondial des prothèses mammaires, la société est accusée d’avoir eu recours à un gel de silicone de mauvaise qualité pour la fabrication de ses implants. Plus d’une vingtaine de cas de cancer lié à ses implants a été recensée en France métropolitaine tandis que la psychose gagne d’autres pays, tel l’Italie où une enquête contre Jean-Claude Mas, fondateur de PIP a été ouverte.

La Réunion n’est pas épargnée. Face aux interrogations et aux inquiétudes, un numéro vert local a été mis en place depuis ce lundi 2 janvier 2012 par l’ARS afin d’orienter les patientes. « À ce jour, une dizaine d’appels a été recensée, dont deux, vendredi. Ce sont surtout des femmes qui ont besoin de renseignements notamment sur les lieux d’explantations des prothèses », indique Marie Baville, adjointe du directeur de la veille et sécurité sanitaire de l’ARS.

Elle confirme également, en substance, que des femmes peuvent être concernées dans l’île. Les établissements de santé savent s’ils ont utilisé ou non les « prothèses défectueuses », ajoute-t-elle. « La question est aussi de savoir combien de femmes se sont fait implantées ces prothèses hors de l’île, et à partir de là, définir les modalités de remboursement », poursuit-elle. Marie Baville recommande « aux personnes porteuses de prothèses mammaires de se faire connaître et de prendre rendez-vous auprès de leur chirurgien », soulignant que le numéro vert « restera en place le temps nécessaire ».

Concrètement, après avoir appelé le numéro vert local, l’explantation, à titre préventif et sans caractère d’urgence, sera proposée aux personnes porteuses des prothèses PIP. Celles ne souhaitant pas faire retirer ces implants pourront bénéficier d’un suivi par échographie prescrit par leur médecin traitant. L’examen est pris en charge par la sécurité sociale.

Les personnes souhaitant savoir si elles sont concernées par ces recommandations, doivent vérifier la marque de leur prothèse sur la carte qui leur a été remise. En l’absence de carte, il faut « contacter le chirurgien ou l’établissement où a été pratiquée l’intervention » précise Marie Baville.

En 10 ans et à ce jour, 136 femmes ont eu recours à des implants mammaires dans les établissements de santé de l’île.
Un numéro vert national, le 0800 636 636, est également ouvert, du lundi au samedi de 9h à 19h (heure de métropole) pour répondre aux autres interrogations sur ce sujet.

Émilie Sorres pour www.ipreunion.com

* Numéro vert de l’ARS :
02 62 97 97 88. Il reçoit les appels du lundi au vendredi de 9h à 17h


Kanalreunion.com