Santé

Le chikungunya s’intensifie en Guadeloupe

5000 nouveaux cas en une semaine, un total de 23100 personnes contaminées

Témoignages.re / 30 mai 2014

En Guadeloupe, l’épidémie de chikungunya continue de s’intensifier. Les mesures mises en œuvre n’ont pas permis d’inverser la courbe de tendance. Le dernier point épidémiologique de la CIRE Antilles Guyane en date du 28 mai décrit la poursuite de la progression du virus en Guadeloupe :

GIF - 26.5 ko

L’augmentation du nombre hebdomadaire de cas cliniquement évocateurs diagnostiqués par les médecins généralistes se poursuit en S2014-21 avec 5000 nouveaux cas estimés. Entre la semaine S2014-20 et la semaine S2014-21 l’augmentation est de 13%, contre 48% la semaine précédente. Au total, 23 100 cas cliniquement évocateurs de chikungunya vus en médecine de ville ont été estimés depuis le début de la surveillance (S2013-52 à S2014-21).

Répartition spatiale des cas

Durant les quatre dernières semaines, l’incidence moyenne du département est en constante augmentation (atteignant 336 cas pour 10 000 habitants en semaine 2014-21). Certaines communes sont plus fortement impactées par cette augmentation : Les Abymes, Petit-Canal, Pointe-à Pitre, Baie-Mahault, Pointe Noire.

Conclusions pour la Guadeloupe

Les indicateurs épidémiologiques confirment l’intensification de l’épidémie en Guadeloupe continentale, placée, depuis le 10 avril 2014, en phase 3a du Psage : situation épidémique avérée avec chaînes locales de transmission. Suite au CEMIE du 22 mai, la situation épidémiologique de ce territoire a été maintenue à cette phase.


Kanalreunion.com