Santé

Opération “chik une caravane”

Hauts de l’Ouest - lutte contre le chikungunya

Témoignages.re / 20 mai 2010

L’opération « caravane anti-chikungunya » au départ de Plateau Caillou sillonnera les quartiers des hauts de Saint-Paul ce samedi 22 mai 2010. Cette journée d’informations et de mobilisations des associations de l’Ouest débutera dès 8h30. En date du 12 mai, l’Agence régionale de santé (ARS) recensait 61 cas confirmés autochtones de chikungunya, 22 cas probables autochtones et 1 cas probable importé d’Indonésie.

Dans le contexte de crise dû à la réapparition du chikungunya, plus particulièrement sur le secteur de Plateau Caillou, les associations de l’Ouest souhaitent que « l’information soit à l’attention de chacun ». L’ARS (agence régionale de santé) a souhaité que des actions d’appuis soient constituées afin de déterminer et évaluer la stratégie de lutte, identifier les raisons qui ont permis à l’épidémie de se développer, d’informer la population des conduites à tenir et de limiter l’extension d’une épidémie ou de l’éviter.

Le départ de la « caravane anti-chikungunya » se fera à 8h30 sur le terrain de hand-ball. La 1ère caravane sillonnera les zones suivantes : les lotissements les Tourterelles, Grande Terre et Perrot, le village de L’Eperon (terrain de l’Eperon, lotissements RHI, le chemin en bas du terrain, chemin de la Balance et lotissements de la Balance, RHI chemin du vieux Tamarin, impasse des Cerises). La 2ème caravane se rendra au lotissements Les Combavas, à l’église de Plateau Caillou, lotissements Baobab, les Cormorans, les Mailles de l’Eperon, Fleur d’Oranger et Tililit.

L’opération devrait se clôturer aux alentours de 18 heures. En complément de cette journée, la mission préconisera d’autres actions nécessaires pour optimiser la lutte contre l’épidémie du chikungunya.

L’agence régionale de santé rappelle les gestes à adopter pour éviter tout risque de propagation du chikungunya : éliminer les eaux stagnantes dans son environnement (vider les soucoupes, vérifier l’écoulement des gouttières, respecter les jours de collecte des déchets…), se protéger contre les piqûres de moustiques (diffuseurs, répulsifs, vêtements couvrants…).


En cas d’apparition brutale de fièvre éventuellement associée à des maux de tête, douleurs musculaires, éruptions cutanées, nausées ou fatigue, il faut consulter un médecin, continuer à se protéger des piqûres de moustiques et se signaler au 0 800 110 000 pour une intervention.


Kanalreunion.com