Santé

Prendre en compte les spécificités locales

Plan santé Outre-mer

Sophie Périabe / 22 juillet 2009

Actuellement en déplacement aux Antilles, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot a lancé lundi le Plan santé Outre-mer. Dès la rentrée 2009, les étudiants réunionnais et antillais bénéficieront de la 3ème année du premier cycle de médecine.

L’objectif de ce Plan est d’accompagner la mise en œuvre de la réforme instituée par la loi « Hôpital, patients, santé et territoires » dans les DOM et de mieux prendre en compte leurs spécificités : insularité, éloignement de la métropole, risques naturels particuliers, populations fragilisées et surexposées à certaines pathologies…
Pour ce Plan santé Outre-mer, 6 axes ont été retenus : formation, recherche, risques naturels, continuité territoriale, difficultés financières, coopération interrégionale et internationale. Certaines mesures seront mises en œuvre avec des modalités adaptées à tel ou tel Département d’Outre-mer. Un accompagnement spécifique à Mayotte sera par ailleurs mis en place.

Le troisième cycle de médecine est validé

En ce qui concerne la formation, ce Plan propose pour les professions médicales de favoriser le renouvellement démographique des médecins et de prendre des mesures initiatives permettant de répondre aux attentes des professionnels. La mise en place de façon progressive dans la zone Antilles-Guyane, d’une part, dans l’océan Indien, d’autre part, de la totalité du premier cycle des études médicales et largement le troisième cycle est validée.
Pour les autres professionnels de santé, il prévoit la création d’un institut de formation aux métiers de la santé par zone géographique (Antilles-Guyane, océan Indien). Objectif : fédérer les énergies et proposer des formations attractives aux futurs professionnels de santé.

Au niveau de la recherche, le Plan santé Outre-mer propose de favoriser la mutualisation, les partenariats et les coopérations grâce à un regroupement des équipes existantes en zones identifiées, Antilles-Guyane et océan Indien.

Troisième axe : la continuité territoriale. À ce sujet, le Plan se fixe comme objectif de développer les moyens dédiés à la télémédecine et au télé-enseignement, dans un cadre intra-régional, interrégional ou international, en multipliant le recours aux échanges entre la métropole et les établissements ultramarins (via la télémédecine, la visioconférence, les jumelages et les dispositifs d’aide aux transports aériens).

Quatrième axe : les risques naturels. Le Plan prévoit de privilégier les opérations de mise aux normes induite dans les zones à risque sismique élevé dans le cadre du Plan Hôpital 2012. Pour la Guadeloupe, l’enveloppe régionale d’investissement de la première tranche s’élève à 46,115 millions d’euros (dont 23,05 millions d’aide) ; le principe de la construction du CHU de Pointe-à-Pitre est validé, pour un montant estimé entre 300 et 500 millions d’euros. Pour la Martinique, l’aide accordée est de 27 millions d’euros, au titre de l’enveloppe nationale consacrée à la mise aux normes.

Le cinquième axe : les questions financières. Le Plan propose de poursuivre les efforts d’assainissement avec la mise en place d’un axe de travail dédié dans le cadre du Conseil de l’hospitalisation qui garantira les constats et mesurera l’efficacité des solutions apportées.

Enfin, dernier axe : la coopération interrégionale et internationale. Le Plan propose de favoriser la constitution d’une offre de soins de qualité. Pour cela, il est envisagé la structuration de la coopération interrégionale et internationale et la mise en place d’une concertation avec le ministère des Affaires étrangères et le secrétariat d’État à l’Outre-mer pour renforcer les politiques de santé et de francophonie dans l’océan indien.

À noter que ce Plan santé Outre-mer sera ensuite complété par un volet "Santé publique et prévention" dont les mesures seront présentées à l’issue des États-généraux de l’Outre-mer, avec des mesures spécifiques pour lutter contre la drépanocytose, maladie génétique qui touche en particuliers les Ultramarins.
Un comité de suivi sera ensuite mis en place avec pour objectif de mesurer la bonne mise en œuvre du Plan. Un premier bilan sera présenté au 1er trimestre 2010.

S.P.
(Avec le dossier de presse "Plan santé Outre-Mer")


Kanalreunion.com