Santé

« Une offre d’accueil en augmentation, mais insuffisante »

Handicap à La Réunion

Témoignages.re / 7 mai 2013

L’ARS (Agence régionale de santé) a publié les résultats de l’enquête ES handicap 2010 conduite par la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques. Il en ressort que l’offre d’accueil augmente, mais reste insuffisante. Au moment de cette enquête, aucun établissement médico-social autorisé au sens du code de l’action sociale et des familles n’existait à Mayotte.


En 2010, 42 établissements médico-sociaux autorisés pour enfants handicapés et 12 antennes existent à La Réunion. Ils ont eu en charge, au moment de l’enquête, 2.139 enfants. Les centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP) et les centres d’action médico-sociale précoce (CAMSP) ont également reçu 4.099 enfants sur sept sites au cours de l’année 2010.

La moitié des enfants et adolescents souffrent de déficiences intellectuelles. Ils sont âgés en moyenne de 13,6 ans et sont en structure depuis 3 ans et demi. Près d’un jeune sur deux est scolarisé dans un établissement de l’Éducation nationale.

En 2010, le taux d’équipement est de 7,2 places pour 1.000 enfants de moins de 20 ans à La Réunion contre 9,4 en métropole, soit un écart de 2,2 points. Atteindre le taux d’équipement moyen de 2010 de métropole supposerait la création de 621 places supplémentaires à La Réunion, dont 159 places en SESSAD, 236 en ITEP et 281 en IME/IMP/IMPro.

Au regard des autres régions françaises, La Réunion fait partie des trois régions ayant les plus faibles taux d’équipement, très loin derrière la Basse-Normandie avec un taux de 12,7 places pour 1.000 enfants de moins de 20 ans.

Au 31 décembre 2010, 44 établissements et 3 antennes médico-sociaux pour adultes handicapés existent à La Réunion. Ils prennent en charge 1.966 personnes. La moitié des adultes souffrent de déficience intellectuelle. Ils sont âgés en moyenne de 34,4 ans et sont en structure depuis 6,6 ans. Un adulte sur deux travaille dans un ESAT.

En 2010, le taux d’équipement est de 4,5 places pour 1.000 adultes de 20 à 59 ans à La Réunion contre 9,3 en métropole, soit un écart de 4,8 points. Cet écart s’est accentué par rapport à 2001, malgré un accroissement conséquent du nombre de places installées. Atteindre le taux d’équipement moyen métropolitain de 2010 supposerait la création de 121 places supplémentaires pour les structures médicalisées (FAM et MAS) et de 657 places supplémentaires pour les ESAT.

Au regard des autres régions françaises, La Réunion fait partie des trois régions ayant les plus faibles taux d’équipement, très loin derrière le Limousin avec un taux de 17,4 places pour 1.000 adultes âgés de 20 à 59 ans.

Établissements d’accueil pour enfants et adolescents handicapés

Il existe différentes catégories d’établissement pour enfants et adolescents handicapés.

- Les Services d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) ont pour principales missions de conseiller, d’accompagner la famille et l’entourage, d’aider au développement (notamment psychomoteur), de soutenir l’intégration scolaire et sociale et de favoriser l’acquisition de l’autonomie de l’enfant handicapé suivi.

- Les Établissements pour enfants et adolescents polyhandicapés accueillent des enfants et adolescents atteints de handicaps graves à expressions multiples.

- Les Instituts d’éducation motrice (IEM) ont pour mission d’assurer des soins, une éducation spécialisée ainsi qu’une formation générale ou professionnelle aux enfants déficients moteurs ou moteurs cérébraux.

- Les établissements d’éducation spéciale pour enfants déficients intellectuels comprennent les jardins d’enfants spécialisés, les instituts médico-éducatifs (IME – 6/20 ans), les instituts médico-pédagogiques (IMP – 6/14 ans) et les instituts médico-professionnels (IMPro – 14/20 ans).

- Les Instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP), auparavant appelés « instituts de rééducation », sont spécialisés dans l’accueil d’enfants présentant des troubles du caractère et du comportement et ayant des capacités intellectuelles préservées.

- Les Instituts d’éducation sensorielle (IES).

- Les Établissements expérimentaux visent à promouvoir de nouvelles formes de prise en charge.

- Les Centres d’action médico-sociale précoce (CAMSP) ont pour vocation la prise en charge précoce (dépister, traiter et rééduquer) des jeunes enfants en situation de handicap ou présentant un risque de développer un handicap.

- Les Centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP) ont pour objectifs de dépister et traiter des enfants dont l’inadaptation est liée à des troubles neuropsychiques, psychomoteurs, orthophoniques, du comportement ou du développement.
Structures pour les adultes handicapés

Il existe différentes catégories d’établissement pour adulte handicapé.

- Les Établissements et Services d’Aide par le Travail (ESAT) offrent des activités productives et une prise en charge médico-sociale aux adultes handicapés dont la capacité de travail est inférieure à un tiers de celle d’un travailleur valide.

- Les Foyers d’hébergement adulte handicapé ont pour principal but d’héberger des travailleurs handicapés en provenance d’ESAT, d’entreprises adaptées ou encore du milieu ordinaire.

- Les Foyers occupationnels ou foyers de vie adulte handicapé sont destinés à des personnes handicapées ne pouvant pas travailler, mais qui ont une certaine autonomie physique ou intellectuelle.

- Les Foyers d’accueil médicalisé (FAM) anciennement « foyers à double tarification » ont pour vocation d’accueillir des personnes lourdement handicapées qui ne peuvent pas exercer une activité professionnelle.

- Les Maisons d’accueil spécialisé (MAS) ont été créées pour accueillir des adultes handicapés nécessitant une surveillance médicale et des soins constants, notamment pour la poursuite de traitements et de rééducation.

- Les Services d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) ont pour vocation de proposer un accompagnement adapté des personnes handicapées, favorisant le maintien ou la restauration de leurs liens familiaux, sociaux, scolaires, universitaires ou professionnels et facilitant leur accès à l’ensemble des services offerts par la collectivité.

- Les Services d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH) ont pour vocation, dans le cadre d’un accompagnement médico-social adapté comportant des prestations de soins, de contribuer à la réalisation du projet de vie des personnes handicapées.
128 jeunes avec un amendement CRETON

L’amendement CRETON permet le maintien des jeunes âgés de 20 ans ou plus dans une structure médico-sociale pour enfant handicapé, dans l’attente d’une place dans un établissement pour adulte handicapé. 128 jeunes ont un amendement CRETON, soit 6% du public (5% en 2006). Ils occupent principalement des places en établissement pour polyhandicapés et en IME.
8 enfants sur 10 logent dans leur famille

80% des enfants handicapés sont hébergés dans leur famille (parents, tuteurs, autre membre). 5% sont en famille d’accueil social, 1% en famille d’accueil spécialisé et seulement 1% d’entre eux ne quittent jamais leur structure d’accueil. Enfin, 14% ont un autre mode d’hébergement. A noter que les proportions du mode d’hébergement sont similaires pour les enfants en établissement ou en SESSAD.
Plus d’un tiers des adultes hébergés dans leur famille

Le mode d’hébergement est directement lié au degré de handicap de la personne. Le public accueilli en établissement est principalement hébergé dans sa structure d’accueil. A l’inverse, sur dix personnes accompagnées par les services et les ESAT, cinq sont logées dans leur famille et trois ont un logement personnel.
Une personne sur deux travaille dans un ESAT

En 2010, 97% des adultes handicapés accueillis en ESAT y travaillent, ainsi que 43% des adultes accompagnés par un service.

Le public des services a pour principale activité une activité non définie par l’enquête (45%) et 10% suit une formation, un stage ou travaille en milieu ordinaire.


Kanalreunion.com