Sciences politiques

La clé du développement durable de La Réunion : la réforme institutionnelle réunionnaise

Un beau café-citoyen de L’Arcadie avec André Oraison

Correspondant Témoignages / 3 février 2015

Près d’une trentaine de personnes ont participé ce mercredi 28 janvier au premier café-citoyen de l’année organisé par L’Arcadie de La Réunion à ‘’La Cerise’’ de Saint-Paul sur le thème : “La réforme territoriale à La Réunion, une nécessité ?“. Lors de cette rencontre animée par Céline Chabut, André Oraison, professeur des Universités en Droit public, a expliqué pourquoi et comment il faut réaliser au plus vite cette réforme institutionnelle réunionnaise démocratique pour résoudre au mieux les problèmes du pays.

JPEG - 38.9 ko
André Oraison au café-citoyen de L’Arcadie de La Réunion.

André Oraison a ouvert la séance en regrettant que le président de la République, lors de sa visite à La Réunion le 21 août dernier, a déclaré que nous n’aurions pas besoin ici de la réforme territoriale programmée en France ainsi qu’aux Antilles et en Guyane. Or le 1er avril 2012 à Saint-Louis, lors d’un meeting électoral, François Hollande s’était engagé en faveur d’une telle réforme pour une gouvernance démocratique, libre et réunionnaise.
Il a aussi rappelé qu’en 1981, avant d’être élu président de la République, François Mitterrand avait également promis au peuple réunionnais une réforme institutionnelle spécifique, comme le souhaitait le PCR. « Or quand on voit aujourd’hui qu’il y a de plus en plus de manifestations contre les problèmes sociaux et que la situation est beaucoup plus explosive à La Réunion qu’en France, s’il n’y a pas cette réforme, on mène une politique de l’autruche », selon le professeur d’université.

Union et mobilisation

C’est pourquoi André Oraison préconise concrètement une fusion des deux principales collectivités réunionnaises actuelles, la Région et le Département, pour créer une collectivité unique, avec des compétences spécifiques et suffisantes ainsi que des moyens financiers adaptés pour relever les défis du pays. Il a également exposé les nombreux avantages d’une telle réforme, qui doit donner au peuple réunionnais les pouvoirs de décision concernant la gestion démocratique de son pays et le co-développement régional solidaire à mettre en œuvre avec les autres pays de l’Indianocéanie.
Après cet exposé, des échanges très intéressants se sont déroulés avec le public et l’ensemble des intervenants ont apporté leur soutien à ce projet, en faisant part de leurs suggestions pour assurer sa réussite. Ils ont notamment prôné le plus large rassemblement possible dans la mobilisation des Réunionnaises et Réunionnais pour faire avancer la réforme institutionnelle devenue indispensable et urgente.

« Faire croître la responsabilité du peuple réunionnais »

Cette union et cette mobilisation sont d’autant plus nécessaires que « la plupart des élus actuels n’utilisent pas leur pouvoir pour faire cette réforme au plus vite et au mieux », a déclaré André Oraison. C’est pourquoi il préconise une « généralisation du débat » sur les voies et les méthodes comme sur le contenu et les perspectives de cette réforme.
Au cours du débat, plusieurs intervenants ont valorisé les divers atouts de la collectivité unique réunionnaise pour assurer « plus de cohérence et de démocratie » dans la politique à mener dans le pays, « davantage de citoyenneté et de transparence face à la corruption ». Et André Oraison a conclu cette rencontre en soulignant l’importance de la réforme institutionnelle réunionnaise comme clé du développement durable de La Réunion « en faisant croître la responsabilité du peuple réunionnais ».


Kanalreunion.com