Union européenne

L’Octroi de mer validé par le Parlement européen

Ultime étape avant la décision des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne

Témoignages.re / 17 décembre 2014

Younous Omarjee, député de l’Union des Outre-mer au Parlement européen, annonce un vote très important de son assemblée. A une écrasante majorité, le Parlement européen a reconduit l’octroi de mer jusqu’en 2020. Les députés sont donc pour le maintien d’une protection pour ce qui reste de notre industrie et d’une source de recette importante pour les collectivités au moment où l’État réduit ses subventions. Dans un communiqué, Younous Omarjee salue cette décision et appelle à maintenir la mobilisation car la décision finale sera prise par les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne.

« Le régime de l’octroi de mer a été validé en procédure d’urgence ce mardi 16 décembre en plénière du Parlement européen à Strasbourg et proposé à reconduction jusqu’à 2020.
Son adoption à une écrasante majorité de voix, tous groupes politiques confondus, est une bonne nouvelle dans la prise en compte des particularités des régions ultrapériphériques par l’assemblée européenne. C’est aussi et surtout une bonne nouvelle pour les économies des régions ultrapériphériques françaises par l’approbation d’un dispositif qui participe au maintien dans ces régions d’un tissu industriel et productif fragilisé.
 
Pour autant, il est à regretter que les conditions de la saisine du Parlement européen l’ait privé de la possibilité d’exercer pleinement son rôle de législateur puisque la procédure d’urgence a empêché la commission développement régionale de produire un avis sur le fond et de proposer des amendements.
Le nouveau régime dont l’approbation finale relèvera des Chefs d’État sera donc le résultat de la co-production de la Commission européenne et du Conseil Européen.
 
Il convient aussi, d’ores et déjà de travailler aux perspectives post 2020, et de ne pas attendre, comme pour le sucre, le dernier moment pour s’en inquiéter et agir. Avec comme double préoccupation d’une part le recentrage du régime sur son objectif premier, le soutien de la production locale et d’autre part la prise en compte des attentes des consommateurs. Le temps qui est à présent devant nous doit être mis à profit pour la mise en œuvre d’un véritable débat public pour tendre vers des propositions un dispositif plus efficient au regard de ses objectifs, et plus juste et mieux accepté. »


Kanalreunion.com