Union européenne

Mobilisation pour sauver l’aide alimentaire pour les plus démunis

Younous Omarjee au Parlement européen

Témoignages.re / 17 février 2012

Mercredi 15 février, le Parlement européen a définitivement validé un compromis qui prolonge le programme européen d’aide aux démunis (PEAD) jusqu’à fin 2013. Lors d’un vote à Strasbourg, les eurodéputés ont donné leur accord pour le maintien pour deux ans de ce programme qui, doté de près de 500 millions d’euros annuels, permet de distribuer des repas à quelque 18 millions de personnes dans le besoin, via des associations caritatives, banques alimentaires et autres soupes populaires. Le député européen Younous Omarjee a réagi dans un communiqué.

« Younous Omarjee, Député européen, s’est indigné du sort réservé au programme d’aide alimentaire destiné aux plus démunis qui devrait prendre fin en 2014, puisqu’à ce jour, aucun texte alternatif n’a été proposé par la Commission européenne. Ce programme consiste principalement à financer les associations qui œuvrent à la distribution de colis alimentaires pour donner à manger et à boire à ceux qui sont dans le besoin ; ce, aussi bien en Europe continentale que dans les Régions Ultrapériphériques.

Lors de sa prise de parole en plénière au nom de son groupe politique la GUE/NGL, il a fait remarquer que « quand il s’agit de trouver des milliards pour les banques, on détourne le droit. En revanche, quand il s’agit de faire l’aumône la plus élémentaire aux plus démunis, on invoque des arguties juridiques ».
« C’est une honte ! Une honte qu’une minorité de blocage se soit organisée autour de l’Allemagne pour empêcher de donner à manger à ceux qui ont faim
 », a-t-il ajouté.

En effet, l’Allemagne s’est illustrée ces deux dernières années en attaquant devant la Cour européenne de Justice le programme européen d’aide alimentaire destiné aux Européens les plus pauvres. Elle a attaqué le fait qu’on ait depuis trop longtemps le droit de distribuer de l’aide alimentaire aux Européens les plus démunis à travers la Politique agricole commune, et la Cour européenne de Justice lui a donné raison.

Pour Younous Omarjee, cette orientation des chefs d’États européens est « révélatrice de ce qu’est devenue l’Union européenne, qui sacrifie la solidarité sur l’autel de logiques ultralibérales et bureaucratiques, alors que les peuples sont frappés par des politiques d’austérité qui jettent chaque jour un peu plus d’Européens dans la pauvreté sinon la précarité ». »


Kanalreunion.com