Union européenne

Un pas de plus vers la fin de l’expérimentation animale

Parlement européen

Témoignages.re / 29 septembre 2016

La commission du budget du Parlement européen a adopté hier, à une large majorité, un projet pilote proposé par le député européen Younous Omarjee pour la promotion des alternatives à l’expérimentation animale.

JPEG - 75.9 ko

Ce projet, s’il est adopté par la plénière du Parlement européen au mois d’octobre, sera fondateur et constituera un pas supplémentaire essentiel au remplacement des essais sur animaux par des méthodes scientifiques alternatives plus efficaces et plus éthiques.

Concrètement, le projet déposé par Younous Omarjee doit donner des moyens supplémentaires pour améliorer l’évaluation et la validation des méthodes alternatives à l’expérimentation animale dans l’Union européenne. Il permettra de doter les organismes européens existants (EURL ECVAM, Etplas) de moyens supplémentaires pour améliorer non seulement la procédure de validation mais aussi l’utilisation et la diffusion des méthodes alternatives existantes. Il mettra notamment en place des campagnes d’éducation et des formations spécifiques pour les scientifiques, mais aussi les médecins, les vétérinaires et les industriels concernés par l’expérimentation animale.

« Depuis l’antiquité, des animaux, morts ou vivants, sont disséqués dans l’espoir de comprendre l’anatomie et la physiologie des êtres vivants et, en particulier, de l’être humain. L’expérimentation animale, qu’on a crue pendant plusieurs siècles comme étant indispensable au progrès scientifique, est aujourd’hui remise en cause non seulement par les citoyens et associations qui défendent le bien-être animal, mais aussi par de plus en plus de chercheurs qui mettent en cause son efficacité scientifique », souligne Younous Omarjee.

« Son adoption par la commission du budget, qui était loin d’être assurée au départ, a été rendu possible grâce au soutien massif de la société civile qui, tant militants de la cause animale que chercheurs et industries, attendent son adoption définitive par le Parlement européen », précise le député européen. Et d’ajouter « cela est extrêmement encourageant, et nous appelle à continuer à nous battre et à trouver les solutions pour mettre fin, à terme, à l’expérimentation animale. Je remercie vivement toutes celles et ceux qui ont aidé à l’adoption de ce projet ».

L’adhésion large à ce projet pilote, qui permettra des avancées réelles pour le bien-être animal et le progrès scientifique, pèsera dans le cadre d’une possible révision, très attendue, de la directive 2010/63/CE sur la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques.


Kanalreunion.com