Culture et identité

« Pour un cinéma accessible à tous »

L’édition 2013 du Festival International du Film d’Afrique et des Îles la semaine prochaine

De mercredi à dimanche prochains, essentiellement au Port — mais aussi à Sainte-Marie et à Saint-Denis — se déroulera la nouvelle édition du FIFAI (Festival International du Film d’Afrique et des Îles). Un public nombreux est attendu à cet événement culturel — soutenu notamment par la commune du Port et Village Titan Centre Culturel —, où une compétition entre 13 films sera couronnée par trois récompenses : le Prix Fé nèt océan Indien, le Prix Jeunesses et le Prix du public. Voici la présentation de ce festival par ses organisateurs, avec des inter-titres de "Témoignages".

JPEG - 46.7 ko
Siddharth de Richie Mehta sera projeté lors de la soirée d’ouverture.

Le Festival international du film d’Afrique et des îles aura lieu au Port du mercredi 2 octobre au dimanche 6 octobre 2013. Treize films seront en compétition pour l’un des trois Prix en lice.

L’événement restera fidèle à son axe fondateur, avec la programmation des dernières œuvres du cinéma africain, des îles créoles et des diasporas. Mais pour l’édition 2013, le Festival — désormais réputé dans le monde du cinéma et de la culture — a décidé de s’ouvrir encore plus au monde.

L’Amérique latine, le Moyen-Orient et l’Asie seront ainsi représentés. Et ce toujours dans le même but : défendre et promouvoir le cinéma d’auteur.

Des dizaines de films

Dans ce cadre, des dizaines de films seront projetés au cinéma Casino, à Far Far et à la médiathèque Benoîte Boulard. Toutes les œuvres sont des courts et longs métrages documentaires ou de fiction.

L’événement est coorganisé par la Ville du Port et Village Titan Centre Culturel, en collaboration avec l’Institut de l’image océan Indien (ILOI) et l’École supérieure d’art de La Réunion (ESAR).

"Siddarth", du Canadien Richie Mehta, ouvrira le festival. Le long métrage se passe en Inde et raconte le parcours d’un père à la recherche de son fils, Siddharth, qui a été enlevé.

"La République des enfants", du réalisatrice bissau-guinéenne Flora Gomes, sera projeté lors de la soirée de palmarès. L’œuvre relate l’histoire d’enfants soldats en Guinée Bissau.

Trois jurys distincts

Répartis en trois catégories, les treize films en compétition seront jugés par trois jurys distincts. Les lauréats seront ainsi respectivement récompensés par le Prix Jeunesses, le Prix Fé nèt océan Indien et le Prix du Public.

Pour rappel, en 2012, le prix Fé nèt océan Indien avait été attribué au film "Brebis galeuse" d’Alain Rakotoarisoa (Madagascar)."Mwansa the great", de Rungano Nyoi (Zambie/Grande Bretagne), avait reçu le prix Jeunesses. Le prix du Public avait été remporté par "Les enfants de Troumaron", de Harriksrisna Anenden et Shervan Anenden (Ile Maurice).

À noter que dans sa volonté de rendre le cinéma accessible à tous, comme tous les ans le Festival se déplace et organise depuis le mois de juillet des projections dans les quartiers de la ville du Port.

Le Festival s’ouvre au monde


Unique dans l’hémisphère Sud, le Festival international du film d’Afrique et des îles (FIFAI) a pour objectif, à la fois, de faire découvrir de jeunes auteurs, de rappeler l’histoire des cinémas et « de montrer au public ce qui n’est jamais montré », soulignent les organisateurs.

Dans le droit fil de cette préoccupation, après 10 éditions du FIFAI, 20 ans de programmation et une réputation de qualité désormais solidement établie dans le monde du cinéma et de la culture, le festival a décidé d’étendre son registre en proposant une programmation internationale.

S’il restera tourné vers le continent africain, l’Amérique latine, le Moyen-Orient et l’Asie seront également représentés. Et ce toujours dans le même but : défendre et promouvoir le cinéma d’auteur.

Une programmation élargie


« Le festival a toujours été ouvert, mais il était surtout connu pour le cinéma africain et des îles », confie le directeur du Festival, Mohamed Saïd Ouma. Il explique la nouvelle démarche de l’événement : « nous nous sommes rendu compte que l’on recevait beaucoup de films d’auteurs ne venant pas de ces régions-là. Aujourd’hui, il y a une telle concentration sur les gros marchés comme Hollywood ou Bollywood que tous les autres commencent à souffrir. C’est pourquoi nous élargissons la programmation au monde entier, en gardant notre base africaine et îlienne puisque Madagascar, Maurice, les Comores, ou encore le Mozambique seront largement représentés ».

Pour cette édition, la programmation sera une nouvelle fois exigeante et riche de plusieurs dizaines de films, dont beaucoup inédits à La Réunion et parfois dans le monde.

« Des gestes de solidarité »


C’est en ce sens que le FIFAI est une invitation à découvrir ou à redécouvrir des films d’auteur souvent peu ou mal distribués, y compris dans leurs pays d’origine. Au-delà de la projection, il incite à la rencontre, à l’échange, à la réflexion et au débat.

Ainsi, des réalisateurs et producteurs réunionnais, de France et d’ailleurs seront présents au festival et pourront débattre avec le public. « Le festival permet à la fois de découvrir de jeunes réalisateurs et de rappeler l’histoire des cinémas émergents tout en installant des gestes de solidarité. Une projection ici, à La Réunion, peut provoquer un écho ailleurs », commente Mohamed Saïd Ouma, directeur du Festival. Le Festival international du film d’Afrique et des îles coopère avec un réseau associatif solidaire : Village Titan Centre Culturel, l’École supérieure d’art de La Réunion, l’ILOI.

Nouveaux partenaires


Depuis 2010, de nouveaux partenaires ont intégré la dynamique : Antenne Réunion, le Rotary, et l’institut régional du travail social (IRTS), le SPIP (service pénitentiaire d’insertion et de probation)... L’événement est soutenu par la Ville du Port et Village Titan Centre Culturel.

Comme chaque année, le cinéma Casino s’inscrit au cœur du festival. Salle de projection historique de l’île, fermée en 2008 et rachetée deux ans plus tard par la mairie du Port, elle projettera la plus grande partie de la programmation.

Programmation décentralisée


Une programmation décentralisée est également mise en place :

• au Cinépalmes à Sainte-Marie le jeudi 3 octobre, avec l’IRTS et les Tisserands du Lien ;

• au cinéma Plaza de Saint-Denis pour une soirée de solidarité avec le Rotary Club le vendredi 4 octobre ;

• et à la médiathèque Benoîte Boulard, où seront diffusés les films primés le dimanche 6 octobre, ainsi que dans les centres pénitentiaires de l’île.

Les tarifs


• Abonnement Festival : 25 euros pour un laisser-passer pour tout le Festival, en dehors des trois soirées spéciales (soirée d’ouverture, soirée de palmarès, soirée du Rotary Club).

• Le forfait journée (avant 18 heures) est fixé à 4 euros.

• Le forfait soirée est fixé à 6 euros.

• Tarifs réduits : les étudiants, chômeurs, retraités et associations pourront bénéficier de tarifs réduits sur présentation de justificatifs. Le forfait journée est à 2 euros et le forfait soirée à 4 euros.

Renseignements et réservations : Le Hangard (0262 43 24 22 - www.festivalfilmafriqueiles.fr - www.monticket.re)

Exposition : "Les yeux dans les yeux, les Comores"


Dans le cadre du Festival international du film d’Afrique et des îles, la médiathèque Benoîte Boulard accueille l’exposition de photographies de Marie-Pierre, "Les yeux dans les yeux, les Comores". L’exposition se tient du mercredi 25 septembre au samedi 12 octobre. L’entrée est libre. Du mardi au samedi de 9 heures à 18 heures ; le jeudi de 12 heures à 18 heures.




Facebook Twitter Google plus