La Réunion dans "Témoignages"

Lutter pour la libération économique de nos îles

Conférence internationale des Seychelles

Manuel Marchal / 8 octobre 2007

Du 27 au 29 avril 1978 s’était tenue aux Seychelles la Conférence internationale des partis et organisations progressistes du Sud-Ouest de l’Océan Indien. Cette conférence sans précédent rassemblait des participants venus des Seychelles, de Maurice, des Comores, de Madagascar. La Réunion était représentée par Christian Fontaine (Témoignage chrétien de La Réunion), Joseph Varoudin, Paul Cérou et Jean-Marie Finck (MRG), Bruny Payet, Élie Hoarau et Paul Vergès (PCR).

PDF - 469.6 ko

Par ailleurs, de nombreuses organisations progressistes venues d’Afrique et d’Asie étaient invitées au titre d’observateur. Parmi elles, l’ANC d’Afrique du Sud, l’OLP de Palestine, le FRELIMO du Mozambique, le SWAPO de Namibie, le Front Polisario du Sahara-occidental.
Ces trois jours de débat sont un événement fondateur de la lutte pour la libération de la région des séquelles du colonialisme, autour du mot d’ordre "Océan Indien Zone de Paix". Ils ont abouti à l’adoption de trois résolutions.
Tout d’abord une résolution générale fixant les principes de la lutte unie des peuples de la région (Madagascar, Comores, Seychelles, Maurice et La Réunion). Ensuite une résolution politique et stratégique « qui précise les axes essentiels de la bataille de nos peuples pour faire de l’océan Indien une zone de paix », et une résolution économique « qui avance un certain nombre de propositions pour sortir ensemble du sous-développement et abolir tout régime colonial ou néo-colonial ».
C’est ce dernier texte que publiait "Témoignages" dans son édition du 8 mai 1978.
Près de 20 ans plus tard, ce sont les ministres des pays participant à la conférence de 1978 qui se réunissent pour définir une stratégie face à l’enjeu de l’intégration dans la mondialisation ultra-libérale. Près de 20 ans après la conférence de Mahé, une nouvelle bataille s’annonce, et l’issue ne pourra être favorable que si les peuples de la région s’unissent pour faire entendre leur voix.

M. M.