Santé vie pratique

A l’écoute des oreillettes des marathoniens

Destination santé

Témoignages.re / 14 mai 2012

Les courses d’endurance sont-elles pourvoyeuses d’arythmies cardiaques ? Pour le savoir, une équipe franco-canadienne a lancé une étude le 15 avril dernier, à l’occasion du Marathon de Paris. Son nom : "I am fit", "je suis en forme", en français.

Cette étude est dirigée par le Dr François Tournous, professeur à l’Université de Montréal et chercheur à l’INSERM (U942). « L’idée est de se pencher sur les modifications cardiaques engendrées par la pratique d’un sport d’endurance à un niveau d’entraînement élevé. Nous nous intéressons particulièrement aux oreillettes, car il s’agit de la structure cardiaque susceptible de générer de l’arythmie ».

Pourquoi l’arythmie ? « Bien que plusieurs études aient montré le caractère bénéfique d’un exercice modéré régulier sur la fonction cardio-vasculaire », poursuit-il, « l’existence d’une souffrance myocardique au cours d’un marathon, même si elle est transitoire, semble désormais admise ».

Au total, 61 volontaires âgés en moyenne de 40 ans participent à ce travail. Avant le marathon, ils ont tous subi un premier électro-cardiogramme (ECG) pour évaluer l’activité électrique du cœur. Puis un second, dans les trente minutes suivant leur arrivée, avenue Foch. « Ensuite, nous avons prévu un suivi téléphonique durant un an, au cours duquel nous les interrogeons sur la présence d’éventuels troubles cardiaques ». L’exemple caractéristique est de « ressentir une accélération du rythme cardiaque à un moment inapproprié, lors d’une phase de repos par exemple ». Les résultats de ce travail devraient être rendus publics au cours de l’année 2013.

©Agence de Presse Destination Santé-2012


Kanalreunion.com