Santé vie pratique

Alcool et conduite : ne gâchez pas la fête

Destination santé

Témoignages.re / 30 décembre 2010

En France où la loi est moins sévère qu’ailleurs, il est interdit de conduire avec un taux d’alcoolémie supérieur ou égal à 0,5g/l. A partir de ce seuil, le champ visuel se réduit dangereusement et les réflexes ne sont plus compatibles avec la conduite.

Les effets de l’alcool se font sentir dès le premier verre, en fait. Et même si vous ne les percevez pas encore, ils sont bien là. Pourtant, lorsque vous avez passé la barre des 0,5g/l :

- Vous ressentez une sensation de confiance en vous-même, de toute puissance qui vous amène à sous-estimer le danger ;

- Votre appréciation des vitesses, des distances, des largeurs et des risques est faussée ;

- Votre champ visuel devient trop étroit ;

- Vos gestes — freinage, changements de direction… — deviennent approximatifs, violents, voire brutaux ;

- Vos réflexes sont altérés ;

- En conduite nocturne, l’éblouissement survient plus tôt.

Si vous préférez attendre une heure avant de partir, c’est bien… mais pas suffisant. Car l’alcool s’élimine très lentement. Chez un homme, en effet, le taux d’alcoolémie diminue d’environ 0,10 à 0,15 gramme par litre de sang et par heure. Avec une alcoolémie de 0,7 gramme (soit entre 3 et 4 verres, un taux facilement atteint lors d’une soirée…), il est ainsi nécessaire d’attendre près de deux heures sans consommer aucun alcool pour atteindre le seuil de 0,4 gramme !

Vous cherchez à revenir au seuil autorisé ? Ne comptez pas sur les remèdes de grand-mère pour vous y aider. Il n’existe pas de moyen miracle. Et aucune boisson (pas même les plus médiatisées…) ne s’est avérée capable de réduire les effets de l’alcool. Seul le temps sera votre allié. En attendant, ne prenez pas le volant ou confiez-le à un conducteur sobre.


Kanalreunion.com