Santé vie pratique

Amiante, les hommes en première ligne

Destination Santé

Témoignages.re / 5 février 2015

L’amiante, des dégâts sur le long terme : selon le Programme national de Surveillance des Mésothéliomes (PNSM), « environ 87% des mésothéliomes pleuraux (de la plèvre, n.d.l.r .) sont attribuables à une exposition professionnelle à l’amiante chez les hommes et à 64,8% chez les femmes ».

L’amiante, un problème de santé publique. Selon les rédacteurs du Bulletin épidémiologique hebdomadaire [1] (BEH), l’exposition à l’amiante serait responsable chaque année en France de plusieurs centaines de cas de mésothéliome.

Le mésothéliome est une forme rare de cancer. Chaque année en France, le nombre de nouveaux cas est estimé à plus de 1 000. Ils représentent environ 0,3% de l’incidence des cancers. Localisé au niveau de la plèvre, parfois du péritoine et rarement du péricarde, il concerne principalement des hommes, puisque ces derniers représentent deux cas sur trois.

Selon le Programme national de Surveillance des Mésothéliomes (PNSM), « environ 87% des mésothéliomes pleuraux (de la plèvre, n.d.l.r .) sont attribuables à une exposition professionnelle à l’amiante chez les hommes et à 64,8% chez les femmes ». Le pic de mortalité aurait été atteint au début des années 2000 chez les hommes et entre 2002 et 2007 chez les femmes.

© Agence Destination Santé

[1BEH, N° 3-4, 20 janvier 2015


Kanalreunion.com