Santé vie pratique

Attention Journée mondiale Ostéoporose 20 octobre

Destination santé

Témoignages.re / 16 octobre 2010

Ostéoporose : une journée mondiale sous le signe du dépistage

Ce 20 octobre marquera la Journée mondiale de l’Ostéoporose. En France, le Groupe de Recherche et d’Information sur l’Ostéoporose (GRIO) proposera au public de venir s’informer gratuitement dans 70 centres qui pratiquent l’examen de référence permettant de dépister la maladie ou l’existence d’un risque particulier : l’ostéodensitométrie.

Une épidémie silencieuse…

Maladie asymptomatique, l’ostéoporose progresse insidieusement… jusqu’à la première fracture. C’est à un tel point que les spécialistes, et notamment l’Organisation mondiale de la santé, parlent d’épidémie silencieuse. En Europe, une femme ménopausée sur trois souffre d’ostéoporose. Et la maladie a des conséquences graves, tant sur le plan sanitaire qu’en termes d’impact sur la qualité de vie. Pratiquement 40% des victimes d’une fracture de hanche — que l’on appelle aussi la fracture du col du fémur — ne remarchent plus jamais. Et 80% se trouvent dans l’incapacité d’effectuer les gestes de la vie quotidienne. Il est donc essentiel de mieux sensibiliser le plus large public aux implications de cette maladie.

Ce sera le cas lors de la Journée mondiale de l’Ostéoporose, grâce à l’ouverture exceptionnelle dans toute la France de 70 centres de dépistage de la maladie. « La liste des centres qui participent à cette journée figure sur le site www.grio.org», souligne le Pr Bernard Cortet, son secrétaire général. « L’objectif est de fournir au public toutes les informations concernant le dépistage de la maladie. Nous allons leur expliquer comment se déroule une ostéodensitomértie, et ce que l’on peut attendre de cet examen. Les participants, s’ils le souhaitent, seront également interrogés sur leurs facteurs de risque. Ils auront aussi la possibilité de faire mesurer leur taille, car il est avéré qu’une perte supérieure à 4 cm peut orienter vers l’existence d’une fracture vertébrale ». A l’occasion de cette journée, le GRIO remettra au public un livret d’informations. A noter également que trois films sur l’ostéoporose, son dépistage et sa prise en charge sont en ligne sur le site internet du GRIO.

L’ostéodensitométrie en pratique

L’examen qui permet de mesurer la densité osseuse, et donc de mettre en évidence un risque d’ostéoporose ou une ostéoporose constituée, c’est l’ostéodensitométrie. Plus la densité osseuse est inférieure à la normale, et plus le risque de fractures est élevé. Prescrite par le médecin traitant, l’ostéodensitométrie est totalement indolore, tout comme une radiographie. Depuis le 1er juillet 2006, cet examen est pris en charge par l’Assurance-maladie sous certaines conditions.

S’il n’est pas justifié de le généraliser à l’ensemble de la population, sa prise en charge est proposée dès les premiers signes évocateurs d’ostéoporose : découverte d’une fracture vertébrale ou d’antécédents de fracture sans contexte traumatique, c’est-à-dire à l’occasion d’un choc mineur, comme une chute de sa hauteur. Elle est aussi recommandée aux patients qui souffrent de maladies comme l’insuffisance thyroïdienne. Tous ceux qui ont suivi un traitement au long cours par corticoïdes se la voient également proposer.

Une indication particulière, la période post-ménopausique

Après la ménopause, les indications de l’ostéodensitométrie sont élargies : un antécédent familial de fracture du col fémoral sans traumatisme majeur chez un parent du premier degré ; un indice de masse corporelle (IMC) inférieur à 19kg/m2 — la normale se situe entre 20 et 25 kg/m2 — ; l’installation d’une ménopause avant 40 ans quelle qu’en soit la cause... Un second examen peut également être proposé à l’arrêt du traitement contre l’ostéoporose. Ou si de nouveaux facteurs de risques sont apparus dans un délai de 3 à 5 ans après une première ostéodensitométrie.

Après 50 ans, toute fracture doit déclencher une recherche diagnostique. Objectif : assurer la mise en œuvre éventuelle d’un traitement. Car aujourd’hui encore, 50% à 80% des femmes, selon les auteurs, ne reçoivent pas le traitement dont elles auraient besoin, dans la première année suivant une fracture liée à l’ostéoporose.

Vous pouvez retrouver la liste des centres à insérer dans l’article à l’adresse : http://www.grio.org/journee-mondiale-osteoporose-2010-1.php


Kanalreunion.com