Santé vie pratique

Au cinéma, le tabac, c’est pas du jeu

Destination santé

Témoignages.re / 24 janvier 2011

Voir un fumeur tirer sur son clope, voilà qui déclencherait instantanément, l’envie d’allumer une cigarette soi-même. Si on est fumeur bien sûr ! Todd Heatherton, Dylan Wagner et leur équipe du Dartmouth College, à Hanover en Virginie (États-Unis), viennent de le démontrer en analysant l’activité cérébrale de volontaires alors qu’ils visionnaient un long métrage.

Un groupe de 17 fumeurs et 17 non-fumeurs — non avertis du sujet de l’étude — a regardé la première demi-heure du film américain “Matchstick Men” (Les associés ndt), du réalisateur Ridley Scott. Ce passage comporte de nombreuses scènes où la cigarette est omniprésente. En revanche, aucune image d’alcool, d’actes de violence ou de sexe n’y figure. Pendant ce temps, les auteurs ont suivi l’activité cérébrale des volontaires grâce à une imagerie à résonance magnétique (IRM) fonctionnelle.

Résultat : à chaque fois qu’un acteur allumait une cigarette, l’activité du lobe pariétal des fumeurs s’est emballée, ce qui n’a pas été le cas chez les non-fumeurs. Or, cette zone du cerveau se situe à l’origine de la perception et de la coordination. Sortir une cigarette du paquet, la porter à la bouche, l’allumer… Les accros au tabac reproduisent les mêmes gestes parfois plusieurs dizaines de fois par jour. Et la vue d’un acteur en train de fumer provoquerait la même réponse cérébrale que la simple intention d’en “griller” une.

Lors de précédentes études, preuve a été faite qu’un film comportant des images liées au tabagisme inciterait davantage les fumeurs à allumer une cigarette qu’un long métrage sans tabac. Pour arrêter de fumer, mieux vaut donc éviter les films avec tabac… autant que la compagnie d’autres fumeurs.


Kanalreunion.com