Santé vie pratique

Bébé tousse ? Pas de traitement sans avis médical

Destination santé

Témoignages.re / 12 novembre 2010

« Ne donnez jamais de médicament contre la toux à un enfant de moins de 2 ans, sans l’avis de votre médecin et/ou (de votre) pharmacien », met en garde l’Agence française de Sécurité sanitaire des Produits de Santé (AFSSaPS). Celle-ci vient de publier une nouvelle série de recommandations « qui modifient en profondeur les modalités de prise en charge de la toux chez le nourrisson ». L’Agence rappelle que « la toux est un réflexe naturel et indispensable de défense de l’organisme pour drainer les voies respiratoires ». Ce n’est donc pas nécessairement un phénomène inquiétant… Elle est également courante. Les nourrissons, avant 24 mois, font de 7 à 10 épisodes d’infections respiratoires par an. Et ces derniers, naturellement, sont associés à une toux.

Dans la majorité des cas, celle-ci disparaît spontanément dans les 10 à 14 jours. Comme le précise l’AFSSaPS, « elle peut cependant régresser plus lentement — en 3 à 4 semaines chez certains enfants — sans (pour autant) être liée à une complication ». L’AFSSaPs souligne qu’il est important de ne pas donner de médicament, quel qu’il soit, sans avis médical. Pas même de fluidifiant, ni de mucolytique ou de terpénique — les dérivés du pin et autres conifères… — pourtant en vente libre. Pourquoi ? Tout simplement pour ne pas bloquer une toux-réflexe « par un traitement qui empêcherait l’évacuation des glaires et des crachats ».

Pour améliorer le confort du petit malade :

- Lavez-lui le nez au sérum physiologique plusieurs fois par jour. Particulièrement avant les repas et au coucher. « Utilisez des mouchoirs jetables et lavez-vous toujours les mains (à l’eau et au savon), avant et après » ;

- Proposez-lui régulièrement à boire ;

- Maintenez une température comprise entre 19°C et 20°C dans sa chambre. Et aérez-la au moins une fois par jour.

Quand consulter ? L’AFSSAPS a identifié trois situations qui doivent conduire à consulter le médecin :

- si l’enfant présente des difficultés à respirer ou à s’alimenter ;

- si la fièvre persiste plus de 3 jours ou si des signes indiquent qu’elle est mal supportée (perte de réactivité, apathie…) ;

- si la toux persiste plus d’une semaine sans amélioration.


Kanalreunion.com