Santé vie pratique

Dans la guerre aux poux, évitez le chimique

Destination santé

Témoignages.re / 23 septembre 2013

La rentrée est bien derrière nous, et comme chaque année, des indésirables se sont invités dans les cours de récréation : les poux ! Pour être inoffensives, ces bestioles n’en sont pas moins envahissantes et difficiles à éliminer. Pour vous en débarrasser, oubliez les produits chimiques à base de pyréthrine, promus à grands renforts de publicité. En raison du développement des résistances par des générations de poux, ils sont désormais inefficaces. Les explications du Pr Arezki Izri, chef du service de parasitologie et mycologie à l’hôpital Avicenne de Bobigny.


Les résistances des poux au principal traitement chimique ne datent pas d’hier. Loin de là ! « Oui, c’est peu dire qu’il y a beaucoup de résistances à une famille d’insecticides, les pyréthrines. Dès les années 80, celles-ci entraient dans la composition de 99% des pédiculicides (les lotions anti-poux, n.d.l.r.). Tout le monde les a utilisées, et des résistances sont apparues très rapidement. Nous l’avions déjà démontré en 1992. Puis nous l’avons confirmé en observant l’existence de mutations génétiques chez les poux. Ainsi les poux français, en majorité, ont-ils muté, devenant résistants à l’ensemble des insecticides ». Et pourtant, aujourd’hui encore, vous trouverez partout des produits contenant ces fameuses pyréthrines. « Paradoxalement, ils sont toujours là, même s’ils ne sont plus efficaces. Les parents dépensent de l’argent pour un produit qui ne sert strictement à rien. Il faut vraiment arrêter avec cela ». Voilà un message qui a le mérite d’être clair !

Mais alors, que faire pour en venir à bout ? Première règle, bannir les traitements vendus en supermarchés. Seul le pharmacien sera votre allié, à condition de bien lui préciser que vous souhaitez éviter le recours aux produits chimiques, fortement déconseillés par la Faculté. « Aujourd’hui, le seul remède contre les poux, c’est le recours à des produits composés d’huiles : de coco, d’anis ou de diméthicone. Ces derniers agissent en réalité de manière mécanique. Ils noient ou étouffent les poux en pénétrant dans leurs orifices respiratoires », indique le Dr Izri.

©Agence de Presse Destination Santé-2013


Kanalreunion.com