Santé vie pratique

Génériques : le « made in France » résiste

Destination santé

Témoignages.re / 5 mai 2012

« Aujourd’hui, grâce aux immenses progrès des technologies et des méthodes d’analyses, nous fabriquons des génériques dans des conditions de qualité très supérieure à celles des médicaments originaux il y a 25 ans », explique Pascal Brière. Président du syndicat des génériqueurs — le Gemme — et de l’un des principaux producteurs français — Biogaran —, il revient sur le rapport de l’Académie nationale de médecine qui a nourri la controverse sur ces médicaments. Paroles d’un industriel qui « en a assez que l’on dise tout et son contraire sur les génériques ».

Les auteurs du rapport de l’Académie nationale de médecine mettaient l’accent sur la provenance lointaine des génériques. « Aujourd’hui, nos médicaments sont fabriqués à 97% en Europe, dont 55% en France », rétorque Pascal Brière. Et les matières premières ? « Comme pour les médicaments princeps et pour des raisons économiques, il existe une tendance lourde à ce que les premières étapes de la chimie de synthèse soient délocalisées. Les matières premières proviennent en partie d’Inde, mais aussi, et essentiellement, d’Europe. Espagne et Italie en tête ». Autrement dit, le phénomène de mondialisation des principes actifs concerne l’ensemble des médicaments.

Le Pr Dominique Maraninchi, directeur général de l’AFSSaPS, rappelait récemment que « les génériques ne sont pas des médicaments au rabais ». Et Pascal Brière de confirmer, en soulignant « qu’ils sont contrôlés de la même façon que les princeps. Avec les mêmes exigences ». L’objectif est-il de rassurer les patients ? Oui, bien sûr… mais pas seulement. « Certains pharmaciens même se mettent à douter à force d’entendre tout ce qu’il se dit sur le sujet ». Au-delà des seules considérations sanitaires et réglementaires, Pascal Brière insiste aussi sur le « rôle social » du médicament générique made in France. « Ce n’est pas la chimie qui emploie le plus de main-d’œuvre. C’est la fabrication pharmaceutique. Et ça, aujourd’hui, à 55% pour ce qui nous concerne, c’est réalisé en France ».

©Agence de Presse Destination Santé-2012


Kanalreunion.com