Santé vie pratique

L’Europe garantit la sûreté des médicaments à base de plantes

Destination santé

Témoignages.re / 1er juin 2011

Jusqu’au 30 avril dernier, l’inscription à base de plantes sur les médicaments ne garantissait en rien leur sûreté, ni leur efficacité. Bonne nouvelle, la directive européenne 2004/24/CE, qui régule l’utilisation et la commercialisation de ces médicaments, vient de prendre effet. Qu’est-ce que cela va changer ? Explications.

Pour rappel, en 2004, la Commission adoptait une directive relative aux médicaments traditionnels à base de plantes. Son objectif était d’« accorder aux producteurs et importateurs de médicaments traditionnels à base de plantes le temps de démontrer que la sécurité et l’efficacité de leurs produits sont acceptables ».

Sept ans plus tard, en 2011 donc, cette période de transition, « d’une durée exceptionnelle » comme le concède la Commission, est terminée. Depuis le 1er mai, tous les médicaments non enregistrés ou non autorisés sont de fait bannis de l’Union européenne.

Désormais, tout « Médicament traditionnel à base de plantes » devra avoir apporté la preuve de son innocuité. En l’occurrence, il devra justifier d’au moins trente années d’utilisation en toute sécurité, dont quinze dans l’Union. Pour John Dalli, commissaire européen à la Santé et à la Politique des consommateurs, « nous voilà au terme d’une longue période de transition. À présent, les patients peuvent se fier aux médicaments traditionnels à base de plantes qu’ils achètent dans l’Union ».


Kanalreunion.com