Santé vie pratique

L’intolérance au gluten, c’est un régime à vie

Destination santé

Témoignages.re / 11 juin 2011

En France, 500.000 personnes environ souffrent de la maladie cœliaque, autrement dit d’une intolérance au gluten, une protéine présente dans les céréales. Et seulement 10% à 20% sont effectivement diagnostiquées. Dans le cas de cette affection, l’intestin ne parvient plus à assimiler le gluten. Peu à peu, la paroi intestinale s’abîme donc, et les nutriments essentiels ne sont plus absorbés.

Le nourrisson ou le jeune enfant présente généralement une diarrhée chronique et souffre de vomissements. Il est souvent fatigué, apathique. Son abdomen est ballonné et ses membres graciles traduisent le défaut d’assimilation des nutriments. Sa croissance, naturellement, est ralentie. Chez l’adulte, les signes de la maladie peuvent se manifester sous la forme de diarrhées ou d’un amaigrissement sans raisons apparentes. Contrairement à ce qui se passe chez l’enfant, la maladie peut être monosymptomatique, se manifestant notamment par des crampes musculaires ou des diarrhées à répétition. Dans les deux cas, seule une biopsie intestinale viendra confirmer ou infirmer l’existence d’une intolérance au gluten.

Le seul traitement efficace consiste à suivre un régime sans gluten. Les produits à base de blé (froment, épeautre…), de seigle, d’orge et d’avoine doivent être totalement exclus. Mais les restrictions vont bien au-delà de la farine de blé ou du pain. Le gluten est aussi présent dans les pâtes, les biscuits, les gâteaux, la semoule… et dans de nombreux aliments préparés. Les intolérants au gluten doivent également être vigilants dans le choix des produits alimentaires les plus courants. Si vous êtes concerné, lisez attentivement les étiquettes des produits que vous achetez, à la recherche d’une mention du style : « contient des traces de gluten ».

Pour autant, ce n’est pas mission impossible. Il existe des aliments naturellement sans gluten. C’est le cas des viandes, des poissons (non panés, bien sûr…), des légumes frais et secs, des œufs, du lait, du maïs, du riz… En fait, le respect de ce régime pose surtout un problème lorsqu’il est nécessaire de prendre des repas en collectivités : crèche, cantine, restaurant… Un conseil : si votre petit est allergique au gluten, adressez-vous à l’établissement scolaire qu’il fréquente pour mettre en place un Projet d’accueil individualisé (PAI). Pour en savoir plus, connaître les modalités de prise en charge, la liste des enseignes proposant des produits et des recettes sans gluten… rendez-vous sur le site de l’Association française des Intolérants au Gluten, à http://www.afdiag.fr/


Kanalreunion.com