Santé vie pratique

La clim’ facteur de ménopause précoce ?

Témoignages.re / 12 avril 2011

L’exposition aux hydrocarbures perfluorés (PFC) serait associée à un risque accru de ménopause précoce. Une étude américaine montre ainsi que la concentration en PFC chez les femmes de plus de 42 ans engendrerait des taux significativement plus faibles d’œstrogènes. L’information est d’importance.

Les PFC, en effet, sont littéralement partout. Ces produits chimiques entrent dans la composition des systèmes de climatisation et les chaînes du froid. Ils sont également utilisés comme agents antiadhésifs dans la fabrication d’instruments de cuisson ou comme imperméabilisants ou agents antitaches sur les textiles et les tapis… « Leur utilisation à grande échelle a ainsi permis une large diffusion dans l’eau, dans l’air, dans les sols… », explique le principal auteur de l’étude, le Pr Sarah Knox de la Faculté de Médecine de Morgantown dans l’État de Virginie. « A tel point qu’un premier travail aux États-Unis avait déjà révélé que 98% des adultes y étaient exposés ».

Les scientifiques se sont intéressés à près de 26.000 femmes de 18 à 65 ans. Ils ont mesuré leurs niveaux de concentration sérique en PFC, et en œstrogène. Résultat, dès 42 ans, ils ont observé que toute augmentation de la présence des premiers entraînait une diminution du second...

« Il ne fait aucun doute qu’il existe une association entre l’exposition aux PFC et l’apparition d’une ménopause précoce », conclut Sarah Knox. « Mais le lien de cause à effet reste obscur. Nos résultats suggèrent que les PFC sont associées à une perturbation endocrinienne chez les femmes. En revanche, des recherches plus poussées seront encore nécessaires pour identifier les mécanismes en jeu ».


Kanalreunion.com