Santé vie pratique

La Réunion a droit à un train

Le Collectif Nou Ve Nout Tram remet une lettre au ministre des Outre-mer

Témoignages.re / 19 octobre 2013

Jeudi soir, Victorin Lurel était à Saint-Pierre pour donner le départ du Grand Raid à la Ravine Blanche à Saint-Pierre. Le Collectif Nou Vé Nout Tram a saisi cette occasion pour interpeller le ministre sur la revendication du réseau ferré à La Réunion. Voici le courrier remis en main propre au ministre des Outre-mer par Krishna Damour au nom du collectif. Voici le contenu de cette lettre, avec des intertitres de "Témoignages".

JPEG - 92.4 ko
Cindy Boto, Krishna Damour et Nadège Gigant lors de la dernière conférence de presse du Collectif Nou Ve Nout Tram.

« Nous sommes, Le collectif Nou Vé Nout Tram.

Le collectif Nou Vé Nout Tram agit au profit d’une stratégie globale de déplacement durable à La Réunion depuis octobre 2009. Notre démarche est animée par une prise de conscience de notre responsabilité vis-à-vis de l’avenir de nos enfants et de notre île.

En effet, nous ne pouvons imaginer un seul instant une île totalement asphyxiée et plongée dans une crise économique et sociale pour de longues années.

Dans 15 ans, 1 million d’habitants et 800.000 véhicules sur notre petite île. Comment allons-nous nous déplacer ?

Nous refusons la fatalité. Nous faisons appel à la responsabilité des Réunionnais pour que le projet d’un réseau ferroviaire puisse voire rapidement le jour. C’est la seule et l’unique solution fiable pour résoudre nos problèmes de déplacements.

L’engagement de François Hollande

Monsieur le Ministre de l’Outre-mer, comme vous le savez au-delà de l’influence des modes de déplacement et des transports sur l’économie, nous savons aussi que les questions des déplacements et des transports sont liées à l’environnement. Ainsi, nous savons que le réchauffement de la planète est inexorable avec une augmentation des émissions de CO2, principal gaz à effet de serre. Et nous savons que l’automobile est l’un des facteurs responsable de ces émissions de CO2.

La politique de transport devient alors une variable d’ajustement stratégique au maintien de notre équilibre écologique et climatique. Ainsi envisager exclusivement le tout automobile se serait faire fi du futur et conduire Réunion dans la spirale de l’irréversibilité.

C’est pourquoi, Monsieur le Ministre de l’Outre-mer, le Président de la République François Hollande s’était engagé dans ce sens. Et c’était sur la base de sa parole donnée que notre collectif avait appelé solennellement et sans défaillance à voter pour lui lors de la campagne pour les présidentielles. Nous vous rappelons ses propres paroles prononcées le 1er avril 2012 dans son discours à Saint-Louis lors de son passage à La Réunion, en tant que candidat et nous citons « Vous avez besoin d’infrastructure, vous souffrez plus que d’autres régions de France et d’Outre-mer de ce problème des carburants, ce qui a justifié un mouvement qui s’est traduit au mois de février ? Et bien, il nous faudra aller vers le Tram-Train c’était un projet que vous avez lancé et il appartiendra au prochain président de lui donner toute sa place… » .

Et bien, 18 mois après son élection, nous avons l’honneur de solliciter, Monsieur le Ministre de l’Outre-mer, toute votre attention à ce dossier pour concourir à l’aboutissement de ce projet vital pour La Réunion.

N’attendons pas que nous soyons dans l’impasse dans 15 ans pour comprendre qu’il aurait fallu prendre une décision en faveur de la solution ferroviaire. Car, Le propre du politique par un effort d’analyse est d’anticiper les changements et, par son action, doit influencer le mouvement de l’histoire.

Le principe de l’égalité territoriale

Monsieur le Ministre, conscients de l’attachement que vous portez au développement de l’Outre-Mer, et souligné par le Président de la République lui-même, nous vous demandons d’intervenir auprès du Chef du Gouvernement pour que La Réunion puisse bénéficier, au même titre que les Régions métropolitaines d’un TER (Transport Express Régional).

Car, ce projet ferroviaire ne pourra se faire sans l’appui et l’accompagnement de l’État. Il s’agira alors, d’étendre à La Réunion l’assurance de son financement, comme cela se fait dans les vingt autres régions de France. En effet, depuis 2002 avec l’acte deux de la décentralisation, les régions sont devenues des autorités organisatrices des transports ferroviaires sur leur territoire. De cette manière l’État participe à hauteur de 72% en moyenne au financement du TER à travers de deux types de dotations.

Par conséquent, dans le cadre du principe de l’égalité territoriale, La Réunion a droit à un TER comme dans les autres régions de France.

Par ailleurs, il est de la responsabilité de l’État de rétablir un réseau ferroviaire puisque c’était bien la puissance publique qui s’était engagée en 1955 jusqu’à 1970 de supprimer le chemin de fer de l’époque, pourtant performant.

Le choix de la modernité

Ainsi, l’État pourrait piloter le projet par la mise en place d’un organisme (de type Syndicat des Transports d’Ile-de-France), qui regrouperait toutes les autorités organisatrices de transport de La réunion, chargé de coordonner la création et la gestion du TER.

Également, monsieur le Ministre de l’Outre-Mer, nous nous permettons de souligner que le protocole d’accord de Matignon 1, prévoyait une enveloppe de 430 millions d’euros pour un transport alternatif.

Par ailleurs, il est pertinent de préciser que depuis 2001, et à plusieurs reprises mises à jour dans un livre blanc, la Commission Européenne a élaboré une stratégie de sa politique de transport visant un développement durable où elle préconise à travers certaines directives le transport ferroviaire dont ne bénéficie pas pourtant, La Réunion en tant que Région Ultra périphérique.

Aujourd’hui, les difficultés de déplacements quotidiens sont l’une des principales préoccupations des Réunionnais. Avec un parc automobile de plus de 350.000 véhicules et une progression d’environ 10% chaque année, le réseau routier, pourtant performant de La Réunion, est déjà asphyxié.

Monsieur le Ministre de l’Outre-mer, nous comptons sur votre intervention auprès du Président de la République, François Hollande et du gouvernement, pour faire avancer rapidement ce dossier qui est crucial pour le développement harmonieux et durable de notre région, La Réunion ».


Kanalreunion.com