Santé vie pratique

La route des vacances, en toute sérénité

Destination santé

Témoignages.re / 21 juillet 2011

Vous avez prévu de passer l’été dans l’hexagone. Ça y est, c’est le départ ! L’agitation joyeuse d’une station balnéaire, l’air pur de la montagne ou, peut-être, le calme de la campagne vous attendent. Quelle que soit votre destination, vous aurez sans doute une longue route à faire avant de poser les valises. Préparez soigneusement votre voyage et retenez ces quelques conseils… de bon sens.

Avant le départ :
- Etre bien reposé, avant de prendre le volant, c’est essentiel. Les jours précédant le départ, ne changez pas vos habitudes. Toute privation de sommeil, même minime, augmente le risque de somnolence au volant.
- Gare aux médicaments. Beaucoup peuvent avoir des effets secondaires totalement incompatibles avec la conduite automobile. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien, notamment pour éviter les risques de somnolence.
- Mangez léger. Pour éviter d’avoir sommeil sur la route, préparez un repas comportant un maximum d’aliments protéinés comme le jambon ou les œufs durs. Privilégiez aussi les légumes et les fruits plutôt que les graisses ou les sucreries. Plus difficiles à digérer, elles favorisent la baisse de la vigilance.
- Quand partir ? Evitez les heures les plus propices à la somnolence : entre 13 et 16 heures — c’est l’heure de la sieste… — et naturellement la nuit, entre 2 heures et 5 heures. Evitez absolument tout départ précipité après une journée de travail. Vos réflexes seraient diminués par la fatigue accumulée. Une fois sur la route, ne vous fixez pas d’horaire impératif d’arrivée. Le stress est néfaste à une conduite sereine.

Sur la route
- Buvez de l’eau tout au long du chemin. Il fait chaud ! Rafraîchissez-vous avec un brumisateur d’eau minérale ou thermale. Cela va sans dire, la consommation d’alcool doit être absolument évitée. Pour le conducteur bien sûr, mais également pour tous ses passagers. C’est d’autant plus vrai par fortes chaleurs, car l’alcool, outre ses conséquences sur la vigilance, augmente le risque de déshydratation, voire de coup de chaleur.
- Prévoyez des pauses, toutes les deux heures. Elles seront l’occasion d’un pique-nique frais et équilibré, en milieu de journée. Mais pas seulement. Si vous sentez les premiers signes de fatigue (troubles visuels, bâillements, raideur de la nuque, irritabilité, ralentissement des réactions), arrêtez-vous. Pour vous “réveiller”, en effet, vous ne pouvez compter ni sur le café, ni sur les boissons énergisantes comme le Red Bull® ou autre Burn®, ni même sur un peu d’air par la fenêtre entr’ouverte. Alors arrêtez-vous donc, et dormez 15 à 20 minutes. C’est suffisant. Et si vraiment le sommeil n’est pas là, marchez et détendez-vous une dizaine de minutes. Pour en savoir plus, consultez le site Internet de l’Association Sécurité routière : www.pausez-vous.fr
- Vos enfants souffrent du mal des transports ? Avant le départ, demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien. Quelques mesures simples — comme éviter de lire en roulant par exemple — peuvent prévenir ce désagrément. En cas de nausées, le fait de fixer l’horizon ou un point stable à l’extérieur du véhicule, et de respirer profondément, peut soulager… ou pas !
- Et la clim’ ? En cas de grandes chaleurs, vous aurez besoin de rafraîchir l’air à l’intérieur du véhicule. Si celui-ci est équipé d’une climatisation, réglez-la pour que la différence entre les températures intérieure et extérieure soit modérée. Pas plus de 7°C à 8°C d’écart. Sinon, gare aux rhumes et autres maux de gorge ! Votre voiture n’a pas la clim’ ? Aérez–la quelques minutes avant d’embarquer. Et lorsque vous êtes en route, utilisez le système de ventilation du bord.


Kanalreunion.com