Santé vie pratique

Le dopage, quelquefois aussi au travail…

Témoignages.re / 17 août 2009

Un salarié français sur 3 aurait recours à des médicaments pour faire face à ses difficultés professionnelles ! Des médicaments mais aussi du tabac, de l’alcool ou du café… pour ne s’en tenir qu’aux substances dites “licites”. Celles étudiées par le Dr Michel Niezborala, de l’Association de Médecine et de Santé au Travail (AMST) de Toulouse. Il a évalué la fréquence et les caractéristiques des conduites dopantes et addictives en entreprise auprès de 2.106 salariés.
« La conduite dopante intervient pour affronter des obstacles réels ou ressentis dans un but de performance », souligne-t-il. « Il peut s’agir tout simplement de faire en sorte d’arriver à l’heure le matin et de tenir toute la journée ».
Parmi les salariés qui ont recours à des médicaments, 20% le font pour « être en forme au travail », 12% pour « traiter un symptôme gênant » et 18%, pour se « détendre au décours d’une journée difficile ».
Dans la plupart des cas, « il s’agit de psycholeptiques », précise l’auteur.
Près d’un travailleur sur 2 déclare aussi consommer de l’alcool « pour se détendre après le travail ». Encore plus inquiétant, pour 4% d’entre eux, la prise de boissons alcoolisées intervient avant le début de la journée de travail, « pour se donner confiance ».
Pour 3 salariés sur 4, Michel Niezborala a observé une sorte de « dépendance » au café sur le lieu de travail. Même constat pour le tabagisme, qui concernerait davantage les ouvriers et les employés.


Kanalreunion.com