Santé vie pratique

Le Pôle de soins en cancérologie du GHSR fait peau neuve

Santé

Sophie Périabe / 21 juin 2011

Depuis peu, le Pôle de soins en cancérologie du GHSR bénéficie de bâtiments flambant neufs et d’un nouvel accélérateur de particules, permettant ainsi d’offrir aux patients un plus grand confort de traitement et des plages horaires mieux adaptées.
L’inauguration officielle a eu lieu vendredi dernier, suivie d’une journée porte ouverte le samedi.

L’architecture du service d’hématologie-oncologie du GHSR n’avait pas connu de grandes évolutions jusqu’en 2009, date à laquelle a débuté l’intégration des nouveaux locaux.
En juillet 2009, la livraison de la première partie de l’hôpital de jour permet de passer d’une capacité de 7 à 9 places. La première tranche de la restructuration de l’hospitalisation complète est achevée en février 2010 avec la livraison de 8 chambres individuelles. La deuxième tranche composée de 6 chambres individuelles à pression positive livrée en avril 2011 porte la capacité totale de l’hospitalisation complète à 14 lits en plus des 4 lits de l’unité protégée.
D’une surface totale de 4.915 mètres carrés (2.705 mètres carrés avant travaux), les services d’hématologie-oncologie et de radiothérapie-curiethérapie disposent ainsi de nouveaux locaux dont le coût de l’opération s’élève à 13 millions 750.000 euros.
A ce jour, le service d’hémato-oncologie clinique permet de prendre en charge environ 1.000 nouveaux patients par an. La radiothérapie, quant à elle, compte environ 500 nouveaux patients par an et reçoit plus de 50 patients par jour. L’organisation des travaux, démarrés en 2009, a permis une livraison progressive des nouveaux bâtiments pour maintenir l’activité.

La continuité des traitements pourra être assurée sans interruption

En 2009, le service de radiothérapie bénéficie d’une réhabilitation et d’une extension de ses locaux. Un nouvel accélérateur de particules (clinac 1) remplace l’ancien Saturne en juillet 2009. Au mois de septembre 2009, le service dispose d’un scanner dédié qui permet de scanner 15 patients par semaine.
L’autorisation d’utiliser le 2ème accélérateur (clinac 2) est accordée en mai 2011. Par ailleurs, en cas de maintenance ou de panne de l’un des deux appareils, la continuité des traitements pourra être assurée sans interruption. Le fonctionnement avec 2 clinac permet d’offrir aux patients un plus grand confort de traitement avec des plages horaires de 8h30-17h00 au lieu de 08h30-20h00.
D’un montant de 2 millions d’euros chacune, ces nouvelles machines possèdent un système d’imagerie embarqué qui permet de produire des clichés 2D et 3D avant chaque séance de rayons, afin de repositionner le patient dans la position idéale de traitement pour une précision millimétrique. La quantité de tissus sains entourant la tumeur s’en trouve très sensiblement réduite, ce qui améliore la tolérance de la radiothérapie sans dégrader son efficacité.
De nombreux cancers peuvent être traités à l’aide d’une radiothérapie, notamment les cancers du sein, les cancers gynécologiques (utérus, col de l’utérus, vagin) et urogénitaux (vessie, prostate), les cancers de la sphère ORL (nez, oreilles, pharynx, larynx), de la bouche, certains cancers digestifs (rectum, estomac) ou encore les cancers du sang.
Cette technique permet soit, dans le meilleur des cas, de guérir un cancer en visant à détruire la totalité des cellules cancéreuses ou alors de freiner l’évolution d’une tumeur en traitant des symptômes.
L’inauguration de ces nouveaux locaux s’est achevée samedi par la journée portes ouvertes dont le but était de faire découvrir aux partenaires libéraux et au grand public les nouveaux bâtiments, le matériel spécifique et les activités du pôle pour prendre en charge le cancer dans la région Sud.

 SP 


Kanalreunion.com