Santé vie pratique

Le tabac est aussi un facteur de pauvreté

Destination santé

Témoignages.re / 9 octobre 2010

La troisième Conférence internationale francophone sur le contrôle du tabac (CIFCOT) s’est achevée la semaine dernière à Niamey, au Niger. Plus d’une centaine de délégués issus de 26 pays se sont réunis dans la capitale nigérienne pour, entre autres, alerter sur les risques sanitaires, mais aussi économiques liés à l’irruption du tabagisme dans les pays en développement. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le tabac tue dans le monde plus de 5 millions de personnes par an. Ce chiffre devrait atteindre les 8 millions en 2030. Et pratiquement 80% de ces morts surviendront dans les pays en développement, notamment en Afrique sub-saharienne.

A ce fardeau sanitaire s’ajoute un fardeau économique. Au Niger, par exemple, les fumeurs les plus pauvres consacrent jusqu’à la moitié du budget familial à l’achat de tabac ! Au cours de la conférence, il a été rappelé que « la dépense moyenne d’un consommateur de tabac au Burkina Faso permettrait d’acheter un sac de riz de 25 kilos pour nourrir 4 personnes pendant un mois »…

Les délégués appellent en outre à « la mobilisation immédiate de tous les acteurs de la santé et du développement pour accélérer la mise en œuvre du traité international de l’OMS ». Cette Convention-cadre pour la lutte anti-tabac (CCLAT) réunit en effet l’ensemble des mesures qui permettraient de réduire la consommation de tabac au niveau d’un pays. Depuis sa mise en œuvre, cette Convention a fait du chemin et sauvé sans doute bien des vies. Ce traité international a recueilli la signature de 168 pays, dont plus de 40 en Afrique. Ils se sont engagés juridiquement dans la lutte contre la diffusion des produits du tabac. Et notamment à mettre en œuvre des mesures comme l’interdiction totale de la publicité pour le tabac, ou la mise en place de mesures fiscales pour réduire la demande.


Kanalreunion.com