Santé vie pratique

Les langues vivantes, c’est bon pour la mémoire

Destination santé

Témoignages.re / 15 mars 2011

Lu, écrit, parlé… Vous maîtrisez plus de deux langues vivantes ? Voilà un excellent point pour votre mémoire. Selon une étude luxembourgeoise, en effet, le multilinguisme diminuerait le risque d’une apparition précoce de troubles de la mémoire. Et de la maladie d’Alzheimer. Le Dr Magali Perquin et son équipe du Centre public de Recherche (CRP) en santé du Luxembourg se sont intéressés à 230 sujets — des femmes et des hommes — âgés en moyenne de 73 ans. Leur particularité ? Tous ont été ou sont au moins bilingues. Certains des participants même parlaient ou avaient parlé jusqu’à 7 langues vivantes !

« Nous avons observé que le fait de maîtriser ou d’avoir maîtrisé au cours de sa vie au moins deux langues exerçait un effet protecteur sur la mémoire des seniors », explique l’auteur. Elle a également constaté que les trilingues étaient trois fois moins exposés aux troubles de la mémoire que les bilingues. Les quadrilingues ? Jusqu’à cinq fois moins !

Magali Perquin précise également que « l’âge et le niveau d’éducation des participants a été pris en compte ». Dommage toutefois que les auteurs n’aient pas constitué un groupe de participants monolingues. La comparaison avec les polyglottes aurait été intéressante.

Depuis un certain nombre d’années, les études scientifiques concernant la mémoire et les diverses façons de l’améliorer (ou de la conserver) se multiplient. C’est ainsi qu’en 2009, des chercheurs américains insistaient sur la nécessité de stimuler régulièrement son cerveau. Comment ? Grâce aux mots croisés, à la lecture, aux jeux de cartes et encore aux activités musicales.

D’autres scientifiques insistent davantage sur le contenu de notre assiette. Des études ont en effet montré l’importance d’une alimentation riche en sucres lents, en vitamines — notamment celles du groupe B —, en acides gras oméga 3 et en antioxydants. Ce n’est pas tout. Pour “booster” sa mémoire, il ne suffit pas de jouer et de (bien) manger ! Il convient également de bouger ! Figurez-vous, en effet, que la marche éloignerait aussi le risque de démence. Une étude publiée en janvier dernier a en effet montré que les adultes qui marchaient au moins 10 km par semaine étaient moins exposés au risque de maladie d’Alzheimer que les autres.


Kanalreunion.com