Santé vie pratique

Maladie d’Alzheimer : adapter le traitement au patient, et non le contraire…

Témoignages.re / 22 décembre 2009

Pour le Dr François Sellal, neurologue à Colmar, « plus le traitement contre la maladie d’Alzheimer est simple à utiliser, meilleure est l’observance ». Une "lapalissade" certes, mais dans le cas particulier de cette maladie, ce critère de simplicité est… essentiel. « Au stade où le patient n’est plus conscient de sa maladie, a oublié s’il a pris ou non son traitement, c’est un gros avantage de disposer d’outils aussi simples que les patchs », souligne notre spécialiste. C’est en effet une sécurité réconfortante pour les aidants, assurés de la bonne administration du traitement. « Une tierce personne peut coller le patch et il est facile ainsi, de vérifier que le traitement a bien été pris ».

Autre avantage, « la tolérance de cette forme médicamenteuse est bien meilleure. Notamment en ce qui concerne les effets indésirables digestifs ». Ainsi est-il possible d’augmenter les doses. « Nous arrivons à proposer des doses plus importantes de principe actif, optimisant ainsi l’efficacité du traitement ». En pratique le timbre transdermique peut être appliqué sur le haut ou le bas du dos, sur la poitrine ou la partie supérieure du bras. Et comme pour les patchs nicotiniques, il doit être changé toutes les 24 heures.

Quant à l’efficacité des traitements symptomatiques de la maladie d’Alzheimer, le Dr François Sellal tient à tordre le cou à l’idée très répandue, selon laquelle, ils ne seraient pas efficaces. « C’est très curieux », nous a-t-il confié. « Ce sont les Britanniques qui ont cultivé ce discours. Or, c’est totalement faux. Nous disposons de suffisamment d’études prouvant clairement l’apport de ces médicaments. Ils ont une action réelle sur les troubles cognitifs et les troubles psycho-comportementaux ». Le site www.prochedemalade.com propose aux proches, des informations sur la maladie d’Alzheimer, des conseils et informations pratiques.


Kanalreunion.com