Santé vie pratique

Médicaments génériques : la Province devance la région parisienne

Destination santé

Témoignages.re / 15 février 2010

Les médicaments génériques poursuivent leur percée en France. En 2009, le taux de substitution d’un médicament d’origine par un générique s’est maintenu à 82,5%. Soit « un niveau élevé », se satisfait la Caisse nationale d’Assurance-maladie (CNAM). Ce chiffre, toutefois, cache d’importantes disparités locales. Au 30 novembre 2009, seuls 36 départements avaient atteint ou dépassé l’objectif de 80% de substitution fixé par la CNAM… En tête du hit-parade, on trouve la Lozère et le Tarn-et-Garonne où le taux de substitution atteint des sommets : 86%. Ces deux départements devancent d’une courte tête les Deux-Sèvres et le Gers (85%), suivis des Landes et du Finistère (84%).

En revanche, le “bonnet d’âne” revient à la région parisienne et notamment à Paris intra-muros où le taux de substitution plafonne à seulement… 67%. Les départements de Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne et du Val-d’Oise ne font guère mieux. Ils évoluent en effet, entre 71% et 72%. Pour 2010, l’objectif fixé dans le cadre d’un nouvel accord entre l’Assurance-maladie et les représentants des pharmaciens est des plus simples : atteindre les fameux 80% de substitution dans l’ensemble des départements où ce taux n’est pas atteint. Quant aux autres — les 36 bons élèves — ils doivent tout simplement maintenir leurs performances.

Notons qu’en 2009, le volume des génériques a représenté 23% du marché des médicaments remboursables. Autrement dit, un médicament vendu sur quatre l’an passé était un générique. L’économie ainsi réalisée est évaluée par l’Assurance-maladie à plus d’un milliard d’euros.


Kanalreunion.com