Santé vie pratique

Paternité : Quand l’Homme fait l’oiseau

Témoignages.re / 20 septembre 2011

Saviez-vous, Messieurs, que la paternité influe sur votre taux de testostérone ? Des chercheurs américains viennent de démontrer, en effet, que la production d’hormone mâle diminue dès lors que l’on devient père ! La testostérone, c’est bien connu, est l’hormone mâle. Secrétée par les cellules interstitielles des testicules, elle intervient dans le développement des organes génitaux masculins et l’apparition des caractères sexuels secondaires que sont la pilosité ou la voix, par exemple.

Dans certaines espèces animales, il est également avéré que la production de testostérone varie selon les périodes de la vie — voire en cours d’année. Elle est, par exemple, plus importante à la « saison des amours ». Qu’en est-il chez l’Homme ? Pour le savoir, une équipe américaine s’est plongée dans la relation encore peu étudiée entre cette variation du taux de testostérone et la paternité. Ils ont donc réalisé une étude inédite auprès de 624 Philippins, suivis durant 5 ans. Les auteurs ont constaté que le taux de testostérone chutait chez les hommes qui devenaient père. Et cela, en moyenne, de 34%. Et plus un homme passe de temps dans la journée auprès de son enfant, plus son taux de testostérone diminue.

Pour l’auteur, « c’est un peu comme si la biologie humaine masculine était flexible et répondait à un contexte social ». Il suggère en effet que cette chute du taux de testostérone serait en quelque sorte destinée à aider l’homme dans ses nouvelles fonctions de père. Lesquelles exigent de nombreux « ajustements émotionnels, psychologiques, et même physiques (…). En cela, nos résultats rejoignent ceux d’autres travaux réalisés chez… l’oiseau. Selon ces derniers, le taux d’hormone masculine tend à diminuer lorsque l’animal s’occupe de ses petits ». Comme si le côté bestial s’effaçait au contact de l’être fragile… Une sorte d’instinct paternel, désormais prouvé par la biologie. Enfin la parité, là aussi…


Kanalreunion.com