Santé vie pratique

Téléphones mobiles : « peut-être cancérigènes chez l’Homme »

Témoignages.re / 7 juin 2011

Le Centre international de Recherche sur les Cancers (CIRC) de l’OMS à Lyon vient de classer les champs électromagnétiques émis par les téléphones mobiles comme « pouvant être cancérigènes chez l’Homme ». Selon l’agence spécialisée de l’ONU pour la Recherche sur les Cancers, le risque principal est celui de gliomes — les tumeurs cérébrales les plus fréquentes. Par ailleurs, seuls les gros utilisateurs seraient concernés.
D’après le groupe de travail réuni au siège du CIRC, à Lyon, une étude a montré qu’il existait une augmentation du risque de gliome. Celle-ci serait de l’ordre 40% parmi les personnes utilisant ou ayant utilisé un téléphone portable à raison de 30 minutes par jour pendant 10 ans. Le rayonnement électromagnétique des téléphones mobiles se retrouve ainsi dans le Groupe 2B (sur 5) des agents visés par le CIRC. Dans ce groupe, on retrouve des produits chimiques comme le chloramphénicol, mais aussi le poisson salé à la chinoise, le tabagisme passif, la poudre de bois, l’acrylamide des viennoiseries et les produits de tannerie…

Les scientifiques se sont intéressés à tous les spectres des radiofréquences, et très logiquement aux professions exposées. Parmi elles, les personnes travaillant à proximité d’installations radars, notamment dans le domaine militaire (les mécaniciens, les chargés d’entretien…). Mais aussi les travailleurs et les résidents proches d’installations électroniques ou électriques. Comme les lignes à hautes tensions. Conclusion, selon le Dr Robert Baan, chercheur au CIRC, « les preuves d’un lien éventuel entre ces expositions et la survenue de cancers sont pour le moment insuffisantes. La présence d’autres substances chimiques, comme les solvants, rendent les conclusions difficiles ».

Concernant les micro-ondes, les ondes wifi, radio et télévision, pas davantage de réponse. Si ce n’est, selon notre spécialiste, que « les expositions dues aux antennes relais sont d’un ordre de grandeur bien inférieur à celles des téléphones mobiles. Difficilement quantifiable, cette intensité peut être de 5 à 10 fois moins importante ».


Kanalreunion.com