Santé vie pratique

Toux grasse : ne cherchez pas à l’arrêter !

Destination santé

Témoignages.re / 2 décembre 2010

Une inspiration profonde, suivie d’une expiration brutale et bruyante… « La toux est un réflexe de défense de l’organisme contre les impuretés », rappelle le Dr Gilles Jebrak, pneumologue à l’hôpital Bichat de Paris. Un réflexe indispensable pour drainer les voies respiratoires… Elle ne doit donc pas être systématiquement stoppée. Surtout lorsqu’elle est “grasse”. Explications.

La toux, en effet, peut être “sèche” ou “grasse”. Dans le premier cas, « il s’agit le plus souvent d’une simple irritation des voies aériennes », poursuit Gilles Jebrak. « Le souci est que la toux alimente l’irritation. Pour rompre ce cercle vicieux et la gêne sociale engendrée par le bruit, il est conseillé de recourir à un antitussif. Ou… d’avaler de l’eau fraîche, qui va calmer l’irritation » !

En cas de toux grasse, l’approche sera différente. Egalement qualifiée de « productive », cette forme de toux est liée à l’encombrement des bronches par des sécrétions de mucus. « L’expectoration produit des glaires et des crachats », poursuit notre interlocuteur, avant d’insister : « contrairement à une toux sèche, il est très important de ne pas chercher à l’arrêter. Elle vise non seulement à éviter un encombrement mécanique des voies respiratoires, mais aussi à évacuer les microbes ».

Certains traitements aident à fluidifier les sécrétions bronchiques. Ce qui en facilite l’élimination. C’est le cas des mucolytiques, « comme l’Acétylcystéine ou Surbronc. Ces médicaments sont proposés sur des durées assez courtes, de l’ordre d’une à deux semaines ». A la moindre question, interrogez votre pharmacien. Quand consulter le médecin ? Si la toux persiste plus de deux semaines, ou si elle est accompagnée d’autres symptômes : fièvre, amaigrissement, présence de sang dans les crachats.


Kanalreunion.com