Santé vie pratique

VIH/Sida : Encore trop de diagnostics tardifs

Destination santé

Témoignages.re / 26 juillet 2013

En France, 6.100 personnes ont découvert leur séropositivité au VIH au cours de l’année 2011. C’est ce que montre une étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

Ce nombre est stable depuis 2007. « Les découvertes de séropositivité en 2011 ne montrent pas de rupture par rapport aux années précédentes », indiquent les rédacteurs du BEH. Leur nombre est stable par rapport à 2010. Les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et les hétérosexuels nés à l’étranger restent les deux groupes les plus concernés. Ainsi, parmi les personnes ayant découvert leur séropositivité au VIH au cours de l’année, 40% étaient des hétérosexuels nés à l’étranger, 39% des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, 18% des hétérosexuels nés en France et 1% des usagers de drogues.

Au total, 29% de ces découvertes étaient tardives et 35% précoces. La transmission du VIH reste importante parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, qui constituent le seul groupe où le nombre de découvertes de séropositivité a augmenté depuis 2003.

Malheureusement, la hausse modérée du dépistage en 2011 n’a pas permis de diagnostiquer plus précocement les personnes infectées. Les hommes hétérosexuels et les personnes de plus de 50 ans demeurent les populations diagnostiquées le plus tardivement. Cette même année, 1.400 cas de Sida clinique ont été révélés.

©Agence de Presse Destination Santé-2013


Kanalreunion.com