Droits humains

Banalisation de la violence

Une évolution favorisée par la crise

Céline Tabou / 12 août 2010

Ces dernières semaines les faits d’actualité à La Réunion ont montré des actes d’incivilité et de violence en nombre, devenus des phénomènes récurrents au sein de notre société. Agression physique et sexuelle, vol avec arme, meurtre, les infractions avec violence sont de plus en plus banalisées, et en constante progression.

Banalisés, parce que les faits sont devenus récurrents dans la presse, les gens ne sont plus étonnés par des actes, comme les violences conjugales qui finissenent en meurtre, car chaque jour une nouvelle affaire apparaît. Les actes de violence sont en évolution, bien que la délinquance ait diminué. La Préfecture a d’ailleurs publié cette année le bilan statistique de la délinquance réunionnaise en 2009. Ce document montre une hausse de 14,12 % des vols avec violence, et de 8,03% pour les escroqueries économiques et financières, cela représente 502 faits de plus que l’an dernier.

Occidentalisation des conditions de vie

Certains chercheurs, dont Philippe Guillot de l’IUFM de La Réunion (2001), parlent d’occidentalisation des conditions de vie, à l’instar de la France, les actes de violences ont pris différentes formes : vol avec violence avec la présence d’arme à feu, violences conjugales, outrage et violence envers des agents de la force publique, violences conjugales... L’occidentalisation de cette violence vient de l’urbanisation massive et de la pression de la société de consommation. La Réunion, compte 52% de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, ne pouvant pas accéder à la consommation, certains jeunes sont tentés de voler. Selon la Préfecture, les vols représentent près de la moitié des faits délictueux à La Réunion. Ces infractions sont des vols à main armée, vols d’automobile, vols à la roulotte et d’accessoires et les vols à la tire.
La forte urbanisation, et le manque de lien social ont également conduit à isoler les jeunes, et surtout les mineurs. En perte de repère, certains d’entre eux subissent la pression sociale : Iphone, ordinateur, véhicule (les vols de deux roues motorisées ont augmenté de 3,16%, en 2009), marques vestimentaires sont devenus, pour eux, indispensables pour s’intégrer. De plus, l’intensification de l’individualisme à La Réunion comme en France, se traduit par le besoin de la réussite personnelle et de l’argent. Le règne du “chacun pour soi” vient de cette société capitaliste, qui pousse à consommer, et à rentrer dans les normes édictées par cette société.
La violence est une conséquence de l’aggravation de la situation. D’autant que le manque de logement, et surtout d’emploi en sont des facteurs. À l’heure ou la crise frappe tous les secteurs, les mesures du gouvernement et plus particulièrement l’arrêt des chantiers à La Réunion pèsent sur les Réunionnais.

Une politique de proximité nécessaire pour éviter les violences

“Les violences physiques non crapuleuses (par exemple les coups et blessures volontaires) et les violences physiques crapuleuses sont en hausse, respectivement de 6,31% et de 12,8%. Les vols avec violence sont également en hausse (+ 14,12%)”, indique le communiqué de la Préfecture de janvier. Malgré la hausse des actes de violence, les actes de délinquance sont en baisse, et particulièrement les vols, qui enregistrent une baisse de 4,75 %.
Pour faire face à cette hausse de la violence, la Préfecture a décidé de renforcer la répression, “les actions de prévention et de répression pour lutter contre les violences physiques non crapuleuses, tout spécialement les violences faites aux femmes et intra-familiales, seront multipliées”. Pour éviter que la violence ne continue de se développer, il est primordial de renouer le lien social, et de mettre en place une politique d’aménagement du territoire.
Le but est d’éviter les ghettos, avec des espaces verts, des centres sportifs et culturels, et des commerces de proximité pour permettre l’intégration du quartier à la ville, et éviter les inégalités, comme ce fut le cas au Chaudron, quartier de Saint-Denis longtemps réputé explosif. Cela passe également par l’intégration des jeunes dans des activités sportives, et culturelles.

Céline Tabou


Kanalreunion.com