Droits humains

« Concevoir et appliquer des moyens de lutte adaptés au contexte social et sociétal de chaque communauté »

Violences envers les femmes et les enfants

Témoignages.re / 19 novembre 2013

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Enfant (20 novembre) et de la Journée Internationale pour l’Elimination des Violences envers les Femmes (25 novembre), le Collectif pour l’Elimination des Violences Intra Familiales (CEVIF), présidé par Mme Thérèse Baillif, organise plusieurs manifestations. A travers celles-ci, le Collectif souhaite sensibiliser et mobiliser les décideurs politiques et le grand public sur la situation de la femme et de l’enfant dans le monde, et à La Réunion en particulier.

JPEG - 56 ko
L’équipe du CEVIF avec notamment sa présidente Thérèse Baillif, (2ème rand, au milieu).


25 novembre : Journée internationale pour l’élimination des violences envers les femmes

« 14 ans après l’institution de la Journée Internationale pour l’élimination de la violence envers les femmes, le 25 novembre, le constat est toujours aussi préoccupant. On peut même affirmer que la condition de la femme s’est considérablement dégradée, que ce soit au niveau mondial, national et local », déclare Thérèse Baillif, Présidente du CEVIF. « Dans le monde entier, les femmes sont les premières victimes de la misère, des guerres. Dans nos pays qui se prétendent civilisés, et à La Réunion en particulier, les violences conjugales sont en nette recrudescence et les types de violences sont de plus en plus graves ».

- A La Réunion, depuis l’année 2003, on compte 28 femmes assassinées, 7 enfants tués dont un bébé de 8 mois, et 4 hommes, auteurs de ces crimes qui se sont suicidés après leur forfait, soit 39 victimes directes, connues. 43 enfants sont devenus orphelins par la faute d’un de leurs parents. Ne sont pas comptabilisées dans cette triste liste celles qui se sont suicidées, celles qui ont succombé, assommées par des maladies psycho-traumatiques, celles qui se sont éteintes à petit feu dans un état psychologique complètement dégradé. Ainsi, les violences envers les femmes génèrent des séquelles irréversibles et des conséquences dramatiques sur le développement de nos sociétés.

- A l’occasion de la Journée Internationale pour l’élimination des violences envers les femmes, le CEVIF fait circuler une pétition en vue d’interpeller les instances internationales, nationales et locales. Nous leur proposons notamment de réfléchir, en concertation avec les intervenants de proximité, à la conception et l’application de moyens de lutte, adaptés au contexte social et sociétal de chaque communauté.

- Par ailleurs, poursuivant l’objectif de sensibiliser et de mobiliser chacun de nous, le CEVIF a réalisé deux spots audio-visuels qu’il souhaite diffuser le plus largement possible, persuadé que ce combat est l’affaire de tous.

• 20 novembre : Journée Internationale des droits de l’enfant

De tout temps, les enfants ont été des cibles privilégiées de la perversité, de la cupidité, de la méchanceté et de la bêtise des Hommes. La déclaration de Genève de 1924 estime que « l’Humanité doit donner à l’enfant ce qu’elle a de meilleur » . Force est de constater que depuis, c’est bien le pire qu’elle a réservé à certains de nos enfants. Le processus de la reconnaissance des droits de l’enfant impulsé par l’ONU a conduit à la Déclaration des droits de l’enfant en 1959. La Convention Internationale des droits de l’enfant adoptée par l’ONU le 20 novembre 1989 constitue le premier texte international juridiquement contraignant consacrant l’ensemble des droits fondamentaux de l’enfant.

Mais quels sont ces droits ? Ce sont tout simplement des droits humains qui ont pour vocation de protéger l’enfant en tant qu’être humain. Des droits individuels, comme par exemple : le droit à la vie, le droit à la dignité et au respect de son intégrité physique et mentale, le droit à une identité, à une nationalité, le droit à l’éducation, à un niveau de vie décent, à la protection de sa santé, le droit de vivre avec ses parents, d’être protégé, d’être en sécurité, aimé.

« Honnêtement, ces droits sont-ils respectés aujourd’hui ? Je réponds non », confie Thérèse Baillif. « Nous constatons que la famille est malheureusement trop souvent le lieu où s’exerce la grande majorité des violences envers les enfants et la quasi-totalité des infanticides. Nous avons encore en mémoire le cas du petit Mattéo, cet enfant martyr, atrocement mutilé. Nous pensons à la petite Fiona dont la mort semble si peu importante pour ses parents qu’ils ne savent plus où ils l’ont enterrée, à ce bébé sans nom jeté parmi les sacs-poubelle, à ces trois jeunes enfants étouffés par leur mère. Quelle ignominie, quelles intolérables souffrances infligées à ces petits êtres innocents », poursuit la Présidente du CEVIF avant de conclure : « La société, c’est-à-dire vous et moi, porte une lourde responsabilité en laissant perpétuer sans réagir les violences dites “ordinaires” pour employer un euphémisme terrifiant. Nous devons engager une réflexion sérieuse et déterminée sur l’accompagnement des familles les plus fragiles, les plus vulnérables. Nous devons sauver nos enfants ».

Les missions du CEVIF

Créé en 2008, le CEVIF a pour missions de :
- - lutter contre toutes les formes de violences perpétrées au sein de la cellule ?familiale : les violences conjugales, la maltraitance envers les enfants et les actes de ?maltraitance envers les personnes âgées et les personnes vulnérables ;
- - lutter contre toutes les formes de discrimination et développer le sens de l’altérité ?ainsi que l’acceptation de la différence. ?A ce titre, le projet associatif du CEVIF s’oriente autour de 3 axes : le travail en réseau, l’accompagnement et la prévention.
La Journée des Droits de l’enfant à la bibliothèque de La Rivière le 21 novembre 2013 de 8h à 15h :

Activités et ateliers

- Expression artistique

Peinture : "Dessine les Enfants du monde" et "Enfants de tous pays"

- Diaporama

"L’enfant dans l’océan Indien"

- Animation autour du livre

Ronde des livres sur les Droits de l’enfant

- Atelier d’écriture

*Article 31 de la C.I.D.E. : "Réécris cet article à ta façon" et "Tous les enfants du monde ont-ils les mêmes droits

- Débats d’idées

"Quels droits dans le monde pour les enfants" et "Connaître la CIDE"

- Exposition

- Animation musicale

*Article 31 de la C.I.D.E.

« Les États reconnaissent à l’Enfant le Droit au repos aux loisirs, de se livrer aux jeux et à des activités récréatives propres à son âge et de participer librement à la vie culturelle et artistique. »

Renseignements au 0260 39 15 36


Kanalreunion.com