Droits humains

Contre l’Agent Orange : le combat de l’espoir

Visite de Tran To Nga à La Réunion

Témoignages.re / 2 juin 2016

Mme Tran To Nga est victime de l’Agent Orange, un puissant défoliant contenant de la dioxine que l’armée étatsunienne a épandu de 1961 à 1971 sur le Vietnam pendant la guerre. Elle poursuit actuellement devant la justice française 26 sociétés chimiques américaines qui ont produit et fourni ce poison à l’armée.

JPEG - 23.4 ko

Invitée par l’association humanitaire Orange DiHoxyn, Mme Nga sera à La Réunion du 5 au 10 juin pour une série de conférences, avec projection de films, pour informer les Réunionnais sur les conséquences actuelles de l’Agent Orange, poison très difficilement destructible et qui serait, selon la Croix-Rouge, la cause d’une vingtaine de maladies graves et handicaps divers touchant 3 à 4 millions de Vietnamiens. Et personne ne sait quand ce défoliant cessera d’empoisonner la terre et les hommes.

En 2004, l’Association des Victimes Vietnamienne de l’Agent Orange, avait déposé une plainte devant le tribunal de Brooklyn (New York) contre les compagnies chimiques. Elle a été rejetée. Puis la Cour Suprême de Justice des États-Unis fit de même en 2009. Tout semblait alors définitivement perdu.

Mais un espoir est né en 2013 quand la France a voté une loi permettant à une victime française d’un tort commis à l’étranger, par un étranger, de porter plainte devant les tribunaux français. Cette loi autorise aujourd’hui à Mme Tran To Nga, qui est franco-vietnamienne, à poursuivre en justice les sociétés chimiques qui ont fourni des défoliants à l’armée des États-Unis. Le procès se déroule actuellement devant le tribunal d’Evry (Essonne).

L’actuel combat de Mme Nga n’est pas un combat personnel : elle le mène au nom de toutes les victimes de l’Agent Orange. C’est pourquoi nous la soutenons et espérons avec elle que les sociétés chimiques étatsuniennes auront assez de courage et d’humanité pour reconnaître et réparer les immenses dégâts écologiques et humains qu’elles ont causés. Il ne faut pas perdre de vue que les vétérans américains qui ont participé à la guerre du Vietnam et qui souffrent de l’une des nombreuses maladies (une vingtaine) officiellement reconnues comme étant liées à la dioxine sont automatiquement indemnisés par le gouvernement américain. Rien pour les Vietnamiens.

HO Hai Quang
Président d’Orange DiHoxyn

Monseigneur Gilbert AUBRY
Évêque de Saint-Denis de La Réunion

Les conférences de Mme Nga auront lieu en juin, le lundi 6, de 18 h à 20 h, au restaurant L’Envers (Saint-Pierre) ; le mardi 7, de 18 h à 20 h, dans l’amphi D2 de la Faculté de Droit (Saint-Denis) ; le mercredi 8, de 18 h à 20 h ; dans l’amphi Olympe de Gouges au Campus universitaire du Tampon. Un concert de soutien aura lieu le jeudi 9, à partir de 20 h, au Théâtre Sous les Arbres (Le Port).


Kanalreunion.com