Droits humains

« Diminuer les salaires peut entraver la croissance »

L’Organisation internationale du Travail répond à la Banque centrale européenne

Témoignages.re / 22 août 2012

Selon l’Organisation internationale du Travail (OIT), diminuer les salaires tend à augmenter la compétitivité, mais aussi à ralentir la croissance économique en réduisant la consommation. Cette mise en garde fait suite à la publication par la Banque centrale européenne (BCE) de son rapport mensuel d’août dans lequel la BCE réclame à la fois plus de flexibilité dans la fixation des salaires — voire l’abaissement des salaires minima — et plus de compétitivité. Explications de l’OIT.

Selon les experts de l’OIT, diminuer les salaires pourrait en effet entraîner une augmentation des exportations, mais risque également de peser sur la demande intérieure, ce qui pénaliserait la croissance. Compte tenu de la conjoncture économique incertaine, rien ne permet d’assurer que des réductions salariales suffiraient à doper les investissements.
Selon Patrick Belser, économiste au département Conditions de travail et d’emploi de l’OIT et auteur principal du Rapport mondial sur les salaires 2012/13, « dès lors que la baisse des salaires diminue davantage la consommation intérieure qu’elle n’accroît les exportations et l’investissement, la croissance économique du pays s’en ressent. »

Intenable

« Voilà pourquoi, en période de crise, la baisse des salaires peut déclencher un engrenage de baisses — baisse de la consommation et déflation des prix — au lieu de la reprise économique rapide escomptée. »
Le BIT (Bureau international du Travail) avertit également que les tentatives pour relancer la compétitivité en abaissant les coûts de l’unité de travail — en amputant les salaires ou en laissant la productivité augmenter plus vite que les salaires — seraient intenables au niveau mondial.
« Si tous les pays réduisent simultanément les salaires pour rester compétitifs, l’avantage concurrentiel disparaît et le poids des diminutions de salaire pratiquées à travers le monde sur la consommation risque d’induire une dépression de la demande globale et de l’emploi à l’échelle mondiale », affirme M. Belser.

Hausse des salaires et productivité

Une augmentation des salaires systématiquement supérieure à l’augmentation de la productivité du travail n’est pas viable. Mais l’inverse ne l’est pas non plus. M. Belser conclut : « Ce qu’il faut, c’est une augmentation parallèle des salaires et de la productivité. »

25.000 hectares pour 500 millions d’euros

Le plus important groupe de grande distribution russe cherche des terres au Congo.

Le Groupe russe Premium envisage d’investir plus de 500 millions d’euros dans le secteur agro-pastoral au Congo, a annoncé, mardi à Brazzaville, le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, dans un communiqué.
Le Groupe aurait besoin de 25.000 hectares pour ses projets, précise le communiqué publié à l’issue d’une audience de ses responsables avec le ministre de l’Agriculture, Rigobert Maboundou.
Créé en février 2000, le Groupe Premium constitue le plus important groupe de grande distribution russe, rappelle-t-on.


Kanalreunion.com