Droits humains

Diplôme et niveau qualification : la France en tête des inégalités entre Régions

Après l’OCDE, une autre analyse convergente provenant de la Commission européenne

Témoignages.re / 18 septembre 2012

Un rapport de la Commission européenne met en évidence d’importantes disparités géographiques en matière d’éducation. Les inégalités entre les Régions sont particulièrement marquées en France, qui arrive en 2e position pour les inégalités territoriales en matière de diplôme de l’enseignement supérieur, et en 1re pour les niveaux de qualification.

Selon un nouveau rapport de la Commission européenne, l’éducation et les perspectives d’avenir sont fortement influencées par l’endroit où l’on vit en Europe. Ce document, intitulé "Mind the Gap - education inequality across EU regions" ("Attention aux écarts : inégalités dans l’éducation entre les régions de l’UE") souligne les écarts importants dans les possibilités de formation et les résultats entre les États membres, mais aussi à l’intérieur de ceux-ci. Le niveau d’instruction semble varier considérablement entre le nord et le sud, les régions du sud de l’Europe (en particulier au Portugal et en Espagne) présentant les taux les plus élevés de personnes peu qualifiées (ayant, au mieux, terminé le premier cycle de l’enseignement secondaire). À l’inverse, les régions affichant les taux les plus faibles de personnes peu qualifiées se trouvent principalement au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays-Bas et en Suède. Les inégalités géographiques en matière d’éducation persistent, en dépit des engagements pris par les États membres pour promouvoir l’équité des systèmes d’éducation et de formation. Le rapport, le premier du genre, invite les pays de l’Union européenne à intensifier leurs efforts pour réduire ces inégalités.

« Tous les citoyens européens doivent bénéficier d’une éducation et d’une formation de qualité, quel que soit l’endroit où ils vivent. Il est temps de tenir les engagements qui ont été pris. Les inégalités géographiques dans le domaine de l’éducation doivent être éliminées si l’on veut assurer la cohésion sociale et parvenir à un développement régional équilibré. Les Fonds structurels européens peuvent et doivent être utilisés pour contribuer à corriger ces inégalités », a déclaré Androulla Vassiliou, commissaire européenne chargée de l’éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse.

Le rapport indique que les régions présentant le pourcentage le plus élevé de diplômés de l’enseignement supérieur (titulaires d’une licence, d’un master ou d’un diplôme équivalent) se situent principalement au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, dans le nord de l’Espagne et à Chypre, tandis que celles qui affichent les pourcentages les plus faibles se trouvent en Italie, au Portugal, en Roumanie et en République tchèque. D’importantes disparités régionales sont également mises en évidence en ce qui concerne la participation des adultes à l’apprentissage tout au long de la vie.

Prochaines étapes

En novembre, la Commission adoptera sa stratégie "Repenser les compétences", qui insistera sur la nécessité de remédier aux disparités géographiques dans l’éducation. En 2013, la Commission présentera des données probantes supplémentaires et des conseils stratégiques aux États membres sur les moyens d’améliorer l’équité dans les systèmes d’éducation et de formation. Un deuxième rapport sur les inégalités géographiques en matière d’éducation dans l’UE sera publié en 2013.

Disparités régionales à l’intérieur des États membres

Pourcentage d’étudiants dans l’enseignement supérieur parmi les 20-24 ans :
les disparités régionales les plus importantes sont enregistrées en Belgique (120,7%* : Bruxelles Capitale, contre 23,4% : province de Luxembourg), suivie par la République tchèque (100% : Prague, contre 5,6% : Střední Čechy) et l’Autriche (100% : Vienne, contre 7,3% : Voralberg).

(*) Le pourcentage peut être supérieur à 100% dans les régions (généralement les capitales) qui comptent plusieurs établissements d’enseignement supérieur attirant de nombreux étudiants, dont un nombre élevé ne fait pas partie des 20-24 ans.

Accessibilité géographique de l’enseignement supérieur (pourcentage de personnes résidant à plus de 60 minutes de l’université la plus proche) : l’Espagne est l’État où l’écart est le plus important entre la région la plus performante et la moins performante (0% : Madrid et Pays basque, contre 99,7% : Ceuta). Elle est suivie de près par la Grèce (1,2% : Attique, contre 100% : Ditiki Makedonia), la Finlande (1,2% : Etelä-Suomi, contre 88,5% : Åland) et la Bulgarie (14,4% : Yugozapaden, contre 97,4 %: Severozapaden).

Pourcentage de diplômés de l’enseignement supérieur parmi la population de plus de 15 ans : dans huit États membres, on observe un écart de plus de 15 points de pourcentage entre la région la plus performante et la moins performante, l’écart le plus important étant enregistré au Royaume-Uni (23,4 points de pourcentage : 41,8% : Londres intra-muros, contre 18,4% : Tees Valley et Durham), suivi par la France (21,3 points de pourcentage : 33% : Île de France, contre 11,7% : Corse), la République tchèque (18,8 points de pourcentage : 25,8% : Prague, contre 7% : Severozápad), l’Espagne (17,6 points de pourcentage : 34,3% : Pays basque, contre 16,7% : Estrémadure), la Slovaquie (17,1 points de pourcentage : 27,2% : Bratislavský kraj, contre 10,1 %: Východné Slovensko), et la Roumanie (15,4 points de pourcentage : 22,5% : Bucureşti–Ilfov, contre 7,1% : Sud-Muntenia).

Pourcentage de la population possédant un faible niveau de qualification : c’est en France que les disparités régionales sont les plus marquées (32,9% : Alsace, contre 60,1% : Corse), suivie par la Grèce (37% : Attique, contre 64,1% : Ionia Nisia), l’Espagne (44,2% : Madrid, contre 67,4% : Estrémadure), la Roumanie (21,9% : Bucuresti-Ilfov, contre 42,8% : Nord-Est) et l’Allemagne (11,9% : Chemnitz, contre 30,6% : Brême).

Participation des adultes à l’apprentissage tout au long de la vie : le Royaume-Uni présente de loin les plus importantes disparités régionales : valeur la plus élevée : Londres intra-muros, avec 16,1% de la population de 25 à 64 ans participant à l’apprentissage tout au long de la vie, contre 5,7% (valeur la moins élevée) en Irlande du Nord.

Contexte

Le rapport "Attention aux écarts : inégalités dans l’éducation entre les régions de l’UE" a été élaboré par le réseau d’experts en sciences sociales de l’éducation et de la formation (NESSE) à la demande de la Commission, l’équipe des auteurs étant placée sous la direction de M. Dimitris Ballas, de l’université de Sheffield, au Royaume-Uni.

Le rapport se fonde sur des données d’Eurostat et contient plus de 100 cartes qui permettent de visualiser les disparités régionales. Pour chaque indicateur examiné, les dix premières et les dix dernières régions du classement dans l’UE sont établies. Autres conclusions essentielles du rapport :

- les disparités régionales en matière d’apprentissage déséquilibrent le développement régional et la croissance économique ;

- les disparités régionales dans l’éducation aggravent les inégalités entre les régions de l’UE et encouragent la fuite des cerveaux vers les régions plus développées ;

- la nature, l’ampleur et les conséquences des inégalités en matière d’éducation varient considérablement d’une région de l’UE à l’autre et requièrent des solutions sur mesure plutôt que génériques ;

- l’utilisation efficace des Fonds structurels européens peut contribuer à éliminer les disparités régionales dans l’éducation et leurs conséquences ;

- des données doivent être recueillies plus systématiquement au niveau sous-régional afin d’améliorer la base des connaissances et l’information des responsables politiques.


Kanalreunion.com