Droits humains

Dur, dur de trouver un “job”

Thomas informaticien

Jean Fabrice Nativel / 20 février 2013

On a relevé ces jours-ci des mobilisations de jeunes ci et là. Leur revendication tient en ces mots : « Nou veu travay » ni plus, ni moins. Rencontre avec Thomas, la vingtaine, qui, lui, n’a pas barré les routes, mais les comprend et les soutient.

Thomas est un spécialiste de l’informatique. On l’a rencontré hier après-midi au domicile de ses parents où il est le locataire d’une chambre à l’image de son métier. Jusqu’au BTS, il a réalisé un parcours sans fautes. Brevet en poche, il pensait trouver un métier rapidement. Il déchantera.

Son relevé de notes impressionne, il a été un excellent élève, ses stages ont satisfait. Tout bonnement, il s’inscrit à Pôle Emploi, écoute son conseiller, participe à des ateliers CV, lettres de motivations et entretiens. Jusque-là, tout se passe bien.

Un spécialiste de l’informatique

Les courriers sont expédiés, les rendez-vous pris, s’enchaînent. Le jour des entretiens, il est à l’heure, sur son 31. Tout se passe bien, ses interlocuteurs lui assurent lui transmettre une réponse bientôt. Oui, il les a bien reçues. Sauf qu’aucune d’entre elles ne l’informait d’une embauche.

Le même blabla : on vous recontactera, le manque d’expériences, etc. L’une des personnes qu’il a rencontrées en face à face lui a avoué avoir appris le métier d’informaticien sur le terrain et s’être perfectionnée en interne. Comme quoi !

Le même blabla servi

Thomas qui mettait un pied dans le monde du travail a compris qu’en trouver est un challenge. Ce qui l’a étonné le plus, c’est la surprise de voir les potentiels d’un si jeune homme avec un tel bagage. Certains semblaient ne pas le croire. Oui, un noir informaticien, ça peut surprendre, mais que voulez-vous, il y a bien des noirs écrivains : Auguste Lacaussade, Aimé Césaire, Alioun Diop, Maryse Condé, etc.

Au cours de ces entrevues, il a aussi ressenti une certaine forme de racisme à son égard. En tout cas, s’il existe pareil fait ici, il faut s’empresser de les dénoncer puis de les combattre. En effet, le racisme n’a pas sa place ni ici, ni ailleurs.

Un Réunionnais compétent

Amer, il était. Pourtant, cela ne l’a pas découragé. Il s’est inscrit dans une agence d’intérim. Il a déjà réalisé des remplacements. Il envisage aussi de postuler dans les pays de la zone océan Indien pour partager son savoir-faire et être. Une option à suivre.

En attendant, ses amis viennent le voir pour booster, débooster, rebooster leur ordinateur, mettre de la mémoire, réaliser un programme, etc. Ce service est rémunéré. Et, selon un de ses amis, « son intervention est efficace ». Il est aussi un magicien des tablettes.

Thomas s’interroge sur les raisons qui font qu’à La Réunion où une partie de sa jeunesse est formée, il lui est si difficile de « dénicher un job ».

JFN


Kanalreunion.com