Droits humains

Enfants réunionnais exilés : tous les Réunionnais peuvent maintenant savoir

50 ans après les premières rafles pour alimenter les convois d’Enfants de la Creuse

Manuel Marchal / 30 mai 2013

Pendant des dizaines d’années, une chape de plomb avait pesé sur un drame de l’émigration : la déportation de plus de 1.600 enfants réunionnais vers les régions françaises dépeuplées. Le débat d’hier avec les Enfants de la Creuse a montré que de nombreux Réunionnais ont fait part de leur solidarité avec les victimes de ces faits, qui demandent aujourd’hui une réparation. La chape de plomb a définitivement cédé.

JPEG - 74.5 ko
Le 2 août 1968, "Témoignages" révèle le scandale de rafles de jeunes enfants dans les milieux populaires.

50 ans après les premières rafles d’enfants réunionnais dans les couches populaires, la diffusion d’un documentaire et d’un débat sur les Enfants de la Creuse a permis d’élargir la prise de conscience.

5 ans après le début des convois d’enfants arrachés à leur famille, "Témoignages" avait brisé le mur du silence. À partir du 2 août 1968, notre journal avait donné la parole à des parents victimes. "Témoignages" avait enquêté sur ces enlèvements commis par le service d’action sociale, et il avait trouvé l’objectif recherché : l’envoi contre leur volonté d’enfants réunionnais vers des régions françaises dépeuplées.

Il a fallu encore plusieurs décennies pour que l’opinion française s’empare de cette question et que le scandale éclate au grand jour. C’etait en 2005, avec une série d’articles dans la presse parisienne, et les démarches d’anciens enfants déportés qui réclamaient réparation auprès de la justice.

JPEG - 93.1 ko
Un mois plus tard, un nouvel article dit le but de ces rafles.

Hier, la diffusion du film de Wiliam Cally, "les Enfants de l’exil", à une heure de grande écoute sur Réunion Première a fait franchir une nouvelle étape.

Désormais, toute l’opinion réunionnaise est au courant. Et elle a réagi en manifestant sa solidarité envers les victimes qui demandent réparation.

50 ans après les premières rafles, et 45 ans après les révélations de "Témoignages", c’est une nouvelle cause qui vient de vivre une avancée irréversible : la chape de plomb sur l’affaire des Enfants de la Creuse a définitivement cédé.

M.M.


Kanalreunion.com