Droits humains

Indignation du collectif “Non au racisme et aux discriminations. Respekt anou !”

Affiches racistes dans les locaux de la gendarmerie de Bras-Panon

Témoignages.re / 28 mai 2011

Le collectif “Non au racisme et aux discriminations. Respekt anou ! » s’indigne dans le communiqué suivant des écrits racistes placardés dans les bureaux de la gendarmerie de Bras-Panon.

À la suite de l’article du “JIR” paru le 27 mai 2011 faisant état d’affiches racistes dans les locaux de la gendarmerie de Bras-Panon, notre collectif appelle une fois de plus à la vigilance face à la prolifération et à la banalisation des propos racistes. Le communiqué officiel de la gendarmerie de Bras-Panon rappelle justement que le prononcé, la divulgation ou la publication de propos racistes sont interdits par la loi et condamnés pénalement. Nous rappelons pour notre part que la prolifération de telles publications et caricatures sont des incitations à la haine raciale, dangereuses pour la cohésion sociale au sein d’une société multi ethnique telle que la France et portent atteinte à la dignité de la personne humaine.
Les affiches ici, en plus d’un scandaleux condensé de clichés insultants et racistes, usent même de comparaisons animales pour parler des Français d’origine maghrébine. Nous sommes au paroxysme de la haine raciale.
Les propos racistes et/ou incitant à la haine à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée est réprimé pénalement par de nombreuses lois depuis la loi du 29 juillet 1881, et ce, particulièrement lorsque les attaques incriminées ont lieu sur la voie publique.

Or, nous assistons depuis un certain temps à une augmentation manifeste de propos et d’attitudes racistes et xénophobes qui tendent à banaliser donc à rendre normal ces discours.
Le plus grave, c’est lorsque cette atmosphère est entretenue par des agents dépositaires de l’ordre public (comme c’est ici le cas), des personnes garantes de l’éducation de nos enfants (rappelons nous du professeur Copy qui avait déclaré : « Je suis blanc, et, de toute façon, ici, c’est tous des nègres et toutes des p… ») ou encore des personnalités politiques telles le ministre Hortefeux ou le préfet Girot de Langlade récemment condamnés pénalement pour avoir tenu des propos racistes. Ces idées et comportements racistes « décomplexés » s’affichent au grand jour. Nous déplorons ces discours populistes et racistes qui nous rappellent les heures les plus sombres de notre Histoire.
À moins d’un an des présidentielles, la publicité de tels propos sont de véritables terreaux pour le Front national, qui établit un lien direct entre Français issus de l’immigration et la délinquance et le chômage. La prolifération de ces messages par ceux qui sont censés représenter et assurer l’ordre public est extrêmement dangereuse pour la tranquillité publique et ébranle honteusement les valeurs de la République, et parmi elles, celle de la fraternité. C’est pourquoi, nous saluons les mesures disciplinaires qui ont d’emblée été prises pour sanctionner le ou les responsables de ces agissements.

Émilie Assati
Pour le collectif “Non au racisme et aux discriminations, Respekt anou !”
 


Le commandant de la brigade de Bras-Panon “suspendu”

Aussitôt que le préfet a eu connaissance de “l’affichage dans les locaux de la brigade territoriale de gendarmerie de Bras-Panon d’un document à caractère raciste”, “le commandant de la brigade de Bras-Panon” a été “suspendu de ses fonctions”. Par ailleurs, il a “demandé au commandant de la gendarmerie de La Réunion d’ouvrir une enquête administrative afin que des sanctions disciplinaires qu’exigent ces faits soient prises dans les plus brefs délais”. “Une enquête préliminaire sur instruction du procureur général” a été également ouverte.


Kanalreunion.com